Accueil >> Pêche de la truite >> Tactiques de pêche  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Tactiques de pêche"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Changer d’air et changer d’eaux pour progresser
Publié en ligne le lundi 1er décembre 2014
 

Rechercher en permanence à améliorer sa technique de pêche est tout à fait louable mais ne saurait s’envisager qu’en se confrontant régulièrement à des expériences inhabituelles. Aller à la rencontre de lieux inconnus, de truites différentes de part leurs comportements, leurs tenues et leurs réactions me semble indispensable. D’autant qu’avec un minimum de recherche, vous trouverez certainement, plus que vous ne pourriez l’imaginer, des sites magnifiques et sauvages ou les poissons abondent ... et ne sont pas obligatoirement surpêchés.

Texte et photos Christophe BOUET

 

Probablement par habitude, nous sommes nombreux à ne fréquenter qu’une seule rivière, voir qu’un secteur de cours d’eau tout au long de la saison de pêche. Force est de constater que, grâce aux nombreuses heures passées au bord de l’eau, nous possédons une connaissance approfondie des postes de dame fario, de ses comportements et de la technique qui " marche " en fonction des différentes circonstances climatiques du moment. La réussite y est habituellement régulière, car la technique de pêche est bien rodée et à déjà fait ses preuves à de multiples occasions. Certes, rien n’est parfait, et malgré tout, des capots retentissants nous rappellent de temps à autre qu’il ne faut pas s’endormir sur ses acquis mais au contraire tenter, à chaque sortie, de s’adapter à des conditions parfois difficiles.

Notre évolution technique stagne par manque de remise en question

Après une évolution nécessaire à l’assouvissement de toute passion, nous obtenons tous une bonne valeur technique et tactique du mode de pêche le plus usité. Cette progression naturelle est plus ou moins rapide si l’on a eu ou non la chance de commencer à traquer nos belles sauvages avec un pêcheur qualifié, que l’on nomme souvent " vieille main " alors que bizarrement il ne soit pas toujours très âgé. Puis arrive le moment ou l’on maîtrise parfaitement les différents éléments qui caractérisent notre type de pêche et l’on se met à connaître sa rivière comme le fond de sa poche. C’est là que le danger guète ! Le matériel bien adapté au mode de pêche pratiqué, le comportement du poisson totalement contrôlé - l’est-il vraiment ? - et la connaissance absolue du parcours freinent les remises en question qui sont cependant toujours riche en enseignement. Même si le manque de temps consacré à notre passion peut partiellement l’expliquer, la routine ne doit pas nous conduire systématiquement auprès du même cours d’eau.

Bougez, changez vos parcours de pêche habituels

Pêcher des rivières, des parcours très différents de vos secteurs habituels c’est se remettre en question en permanence. Mais attention ! ne me faite pas dire ce que je ne veux pas dire. Il ne faut pas nécessairement partir loin de chez vous et prendre des truites parlant irlandais, autrichien, slovène ou encore écossais. Non ! Il y a nombre de superbes rivières en France, et probablement à proximité de votre domicile, qui possèdent des configurations très variées et bien différentes du cours d’eau que vous fréquentez. Je vous assure qu’on ne pêche pas la Cure dans le morvan de la même manière que le Gave d’Ossau dans les pyrénnées, que le Haut-Allier en auvergne ou encore la Loue en franche-comtée. Les poissons y réagissent de façon bien particulière et l’approche, la présentation et les conditions de pêche sont très hétérogènes d’une région à une autre, voir dans le même département : le Couze Pavin ne se pratique pas du tout comme la Sioule qui ne sont pourtant distantes que de quelques dizaines de Kilomètres l’une de l’autre.

Lancez-vous à la recherche de rivières isolées ou de vallées perdues : Il y en a encore beaucoup

Un vaste choix de rivières très réputées sont décrites quotidiennement dans la presse halieutique et mettent en avant des cours d’eau idylliques, très bien gérés, admirablement peuplés mais ou les berges ressemblent trop fréquemment à une place de village un jour de marché. Les rivières en question abritent des poissons qui, très sollicités, sont particulièrement éduqués et difficiles à prendre par le pêcheur itinérant, soit par manque de connaissance du parcours, soit par la présence régulière de grandes pointures de la pêche locale ou nationale qui ont contribué à rendre les truites méfiantes à outrance. De plus, les grosses mémères apparaissant immanquablement sur les photographies illustrant les articles sont parfois jaunis par le temps et ne sont malheureusement plus d’actualité : leurs chères arrières petites filles, expérimentées, ne sortent de jour pour se nourrir qu’à quelques rares exceptions. Il existe pourtant des cours d’eau magnifiques et qui sont néanmoins peu fréquentés bien qu’ayant une richesse salmonicole nettement supérieure à la moyenne. Ils sont en général plus difficiles d’accès et ne commencent à être réellement intéressants que lorsque la route quitte leurs berges, gage d’une plus grande tranquillité.

Rechercher ces lieux à l’aide de cartes topographiques, du téléphone et de la canne à pêche

Une fois que la volonté de bouger vous aura envahis, il faudra entamer un processus de recherche qui débutera par cibler la région ou le département qui, par choix personnel, aura retenu votre attention. L’investigation débute par le recensement, dans des ouvrages ou de vieux magazines de pêche, d’articles ou même de brefs paragraphes faisant allusion au lieu envisagé. A ce propos, et sans faire de propagande, utilisez en toute confiance la rubrique département à la loupe de Truite mag qui détaille objectivement le potentiel piscicole de chaque rivière abordée. Quand le secteur a été correctement défini, le reste du travail consiste à se servir de cartes routières dans un premier temps, du téléphone pour se renseigner auprès des détaillants en articles de pêche toujours de bon service - à ce sujet le Minitel est un accessoire bien pratique - puis de cartes topographiques au 1/25000 pour affiner sont approche (voir encadré). L’idéal est ensuite de se rendre sur place pour une première approche, en essayant de rencontrer un maximum de pêcheurs afin de glaner, ici et là, quelques commentaires et récits d’anciens pêcheurs locaux qui vous en diront long sur la rivière et les poissons. N’oubliez pas votre canne et les lunettes polarisantes qui seront nécessaires pour détecter des indices fiables du potentiel halieutique de ladite rivière. Partir en repérage est certes réjouissant pour chacun de nous possédant un temps soit peu une âme cachée d’Indiana Jones, mais surtout n’omettez pas d’indiquer à vos proches le lieu ou vous vous rendez : c’est plus prudent ! Le dernier petit conseil de mère poule est de ne pas partir seul et, dans tous les cas si vous en possédez un, de prendre un téléphone portable, qui même s’il ne " passe " pas partout peut être un précieux allié en cas de " pépin ". Après quelques découvertes de lieux bénis par saint Fario vous constaterez qu’il existe encore, malgré les dires de certains mélancoliques, des départements qui n’ont pas la réputation qu’il leurs a été fait et qui dissimule des eaux toujours vierges et magiques. Même si une gestion empirique et une pollution présente ou latente a causé bien des dégâts dans le cheptel des salmonidés, il reste encore suffisamment de truites un peu partout pour assouvir en toute pérennité notre passion commune.

La découverte, l’aventure, l’envie d’évolution technique ne doit pas faire oublier sa rivière

De retour aux sources, car une rivière que l’on a aimée à l’instar d’une femme ne s’oublie jamais, vous constaterez qu’elle vous apparaîtra différemment. Vous aurez soif d’essayer de nouveaux montages, de prospecter d’autres postes et veines d’eau qui auparavant n’avaient pas attiré votre attention mais surtout vous aurez acquis une énorme capacité d’adaptation dont les résultats ne se feront pas attendre. La réussite ne sera plus due à l’expérience du terrain qui compensait les imprécisions et les défauts à répétitions, aboutissement inéluctable d’une pêche exclusive, mais par une réelle aptitude à se remettre en cause. La façon d’appréhender le parcours sera plus réfléchie et le choix de la technique et de la tactique employées sera plus judicieux .... car vous aurez progressé techniquement

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com