Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux appâts naturels  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux appâts naturels"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
La bonne longueur des cannes
Publié en ligne le jeudi 3 juillet 2008
 




C’est Coluche qui le disait : "La bonne longueur, c’est quand elles touchent par terre !"
Il partait des jambes, bien sûr, car pour ce qui est des cannes à truite, le choix est un peu plus délicat.
On trouve sur le marché, en effet, des modèles de toutes tailles : Alors, comment choisir ?

Texte : Marc Delacoste
Photos : Christophe Bouet, Lionel Armand et Jérôme Aussanaire

 

I1 suffit de se rendre chez un détaillant bien au fait pour se rendre compte de l’impressionnante gamme de choix qui existe aujourd’hui en matière de cannes estampillées "truite".
Cannes à anneaux ou à fil intérieur, à emmanchements, téléréglables ou téléblocables, voilà déjà 5 catégories qui se déclinent ensuite en terme d’action et de longueur. Vous le voyez, ça fait du monde !
Tous ces paramètres sont bien entendu très importants à considérer, selon le type de pêche pratiqué et les cours d’eau fréquentés. Mais il n’est pas si facile pour autant de s’y retrouver. En matière de longueur, par exemple, on peut trouver des modèles allant de 3 m à plus de 8 m, et même jusqu’à 10 m pour les extrêmes. Comment choisir... et surtout comment bien choisir ?

Il existe une constante, valable pour toutes les façons de pratiquer et pour tous les types de cours d’eau : plus la canne est longue et plus il est facile d’obtenir une bonne présentation, dont tout le monde connaît le rôle essentiel pour tromper les farios sauvages d’aujourd’hui. Tout serait donc facile si la qualité de la présentation était le seul paramètre à considérer : plus la canne serait longue et meilleure elle serait. Hélas, vous vous en doutez, les choses ne sont pas si simples. Le poids de la canne et sa maniabilité sont également des paramètres très importants à prendre en compte car ils vont largement influencer votre façon de pratiquer et le plaisir que vous en retirerez. La longueur a donc ses avantages mais également ses inconvénients. La clef du problème va être de trouver un compromis entre longueur suffisante pour optimiser la qualité de la présentation mais pas trop pour conserver une bonne maniabilité de la canne.
C’est là qu’intervient deux paramètres importants : votre façon de pratiquer et les types de cours d’eau que vous fréquentez. Il y a des cas qui ne prêtent guère à discussion. C’est par exemple celui des ruisseaux très encombrés et de faible largeur. Dans ces milieux, la prospection se limite souvent à déposer délicatement son appât, avec une bannière très courte, dans chaque trouée de végétation débouchant sur un poste. Il s’agit donc ici d’avoir une longueur de canne suffisante pour pouvoir accéder aux postes, sans toutefois être trop près pour cause de discrétion. Ces contraintes aboutissent habituellement à des longueurs de cannes comprises entre 5 et 7 m. En dehors de ce cas, un peu caricatural, tout le reste peu prêter à discussion.

Avantages et inconvénients

On peut en gros distinguer deux grandes catégories de cannes, du strict point de vue de leur longueur : les cannes longues - 6 à 8 m, voire plus - et les cannes courtes - jusqu’à 5 m. Ainsi, tous les cours d’eau de moins de 15 m de large et peu encombrés peuvent être pêchés aussi bien avec une canne longue en posant l’appât qu’avec une canne courte et en lançant. Bien sûr, le pêcheur pratiquant avec une canne de 6 à 8 m, longueur nécessaire pour bien poser son appât sans être vu, aura souvent une meilleure présentation (si toutefois il fait ce qu’il faut) que celui qui a choisi une canne de 4 à 5 m et qui compense son manque de longueur par une pêche à distance et des lancers de plusieurs mètres.
En revanche, ce dernier aura beaucoup plus de maniabilité du fait du moindre poids de sa canne et de son encombrement plus réduit. Car on ne manie pas avec la même facilité une canne de 4 m et un modèle de 8 m, loin de là. Si les cannes longues facilitent la présentation, elles imposent cependant une prospection lente et génèrent une certaine fatigue. Les cannes courtes, en revanche, sont beaucoup plus agréables et maniables. Elles permettent en outre une action de pêche plus rapide et donc une prospection souvent plus importante, à durée de partie de pêche égale. Mais elles sont également plus exigeantes et pardonnent moins l’erreur que les cannes longues, qui peuvent justement, du fait de leur dimension, compenser d’éventuelles maladresses. Ces cannes, à l’intérieur de leur propres catégories (longues ou courtes), se déclinent ensuite en plusieurs longueurs.

Les cannes Longues

Pour les cannes longues, l’unité de variation sera souvent le mètre. On aura ainsi le choix entre des modèles de 6 à 8 m. Il existe bien des cannes plus longues encore pour pêcher la truite mais elles sont lourdes, ont beaucoup de couple, une fois dépliées et sont surtout très peu maniables. Ce qui ne veut pas dire qu’elle sont mauvaises, loin de là. Pour des cas de figure très précis, elles offrent de gros avantages. Mais en dehors de ces cas particuliers, il vaut mieux rester dans la gamme citée précédemment, Une canne de 6 m est bien plus maniable qu’une 7 m, et plus encore qu’une 8 m. Ces cannes longues étant toutes des téléréglables ou téléblocables, on peut bien sur pêcher avec une canne de 8 m "repliée" à 6. Mais plus une canne est longue et plus elle possède un diamètre de talon important, ce qui la rend toujours moins agréable à manipuler qu’une canne plus courte.

Les cannes courtes

Les cannes dites "courtes" mesurent habituellement entre 3,90 et 4,50 m, avec certains modèles plus courts (jusqu’à 3,30 m) et d’autres un peu plus longs (jusqu’à 4,80 m). Cette catégorie de cannes ne se décline plus cette fois en mètres mais par unité de 30 cm. Cela peut paraître infime et même un peu ridicule, et il est légitime de se demander si un pêcheur hésitant entre une 3,90 et une 4,20 m n’est pas en train de couper les cheveux en quatre. Au risque de vous surprendre, il existe sans doute autant de différences entre une 3,90 m et une 4,20 m, pour celui qui pratique une pêche à distance en sortant du fil, qu’entre une 6 et une 7 m pour celui qui pêche sous la canne. Quelques dizaines de centimètres de plus offrent tout de suite plus de facilité pour effectuer une bonne dérive. Mais ils ajoutent également plus de poids et de flèche à la canne, contrariant sa maniabilité. En pêchant à distance, dans les petites rivières (de 5 à 12 m de large), la longueur n’est pas un critère primordiaL Les modèles courts conviennent donc parfaitement, d’autant plus que leur grande maniabilité permet une pêche rapide, très efficace dans ce genre de cours d’eau.
En revanche, les rivières les plus larges imposent cette fois-ci des dérives longues et souvent loin du pêcheur. Les modèles les plus longs, facilitant les longues coulées et la pêche à distance sont donc fortement recommandés. Pour les rivières moyennes, c’est la façon de pratiquer du pêcheur qui déterminera la longueur qui lui convient le plus, mais le bon modèle mesurera le plus souvent entre 3,90 et 4,50 m.

Le but de ces propos sur les longueurs de cannes n’est pas de vous convaincre d’utiliser plutôt des modèles longs ou courts mais simplement de vous fournir quelques éléments de réflexion sur le sujet. Car comme le dit l’adage "les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas".
Beaucoup de pêcheurs ont des préférences marquées pour les cannes longues, d’autres pour les courtes. Cependant, ces préférences affichées ne sont pas toujours issues de contraintes objectives liées aux types de cours d’eau fréquentés ou au type de pêche pratiquée, mais sont au contraire issues d’habitudes ou d’un "héritage culturel" local, du genre "Ici, on a toujours fait comme ça".
Il est parfois bon de remettre ses pratiques en question, surtout à l’éclairage de données objectives résultant des contraintes techniques propres aux différents types de cours d’eau à truites. Même si cela n’aboutit pas forcement à un changement radical des pratiques, cela fait toujours progresser. Et ça, c’est toujours bon à prendre

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com