Accueil >> Coins de pêche >> Bons coins en France  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Bons coins en France"
Nos coups de cœur
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
 
Le Doubs Franco-Suisse (25)

La rivière :

A la frontière avec la Suisse, le Doubs bénéficie d’une gestion que l’on pourrait qualifier d’internationale puisque sur 25 Km le droit de pêche est géré par la France et la Suisse sur le magnifique secteur du Doubs Franco-Suisse. C’est l’occasion de vous mesurer, qu’elle que soit votre technique de pêche, à une riche et belle rivière, et ce dès le 1er mars, soit une semaine avant l’ouverture traditionnelle. La Franco-Suisse fait probablement partie du top 5 des rivières Françaises pour la pratique de la pêche à la mouche. Ses 3 km de parcours mouche en No-Kill, dont le mythique « Pré Bourrassin », témoignent de sa qualité. Cependant, délaisser ici les autres techniques serait une profonde erreur. En effet, comme tous les parcours de grand intérêt, pression de pêche élevée et limpidité obligent, le Doubs franco-suisse a acquis une réputation de rivière difficile. Néanmoins, si l’exercice du fouet demande effectivement certaine maestria sur les grands lisses, il n’en est pas de même sur les secteurs « classiques ». Ceux-là représentent tout de même plus de 20 km, et la présence de poissons trophées vaut à elle seule le déplacement. C’est encore plus vrai si l’on pratique d’autres techniques tels la pêche aux appâts naturels sans flotteur ou bien même la pêche au vairon mort manié. Le statut particulier du Doubs frontière lui vaut de bénéficier d’une réglementation spéciale, qui se traduit entre autres par une période d’ouverture immuable comprise entre le 1er mars et le 30 septembre, quoi qu’il arrive. Accessible depuis Besançon (N57 puis D461 et 437 via Valdahon et Maîche), depuis Montbéliard (D437) ou depuis la Suisse par La Chaux-de-Fonds et Saigne légier, Goumois se situe à l’aval du très touristique Saut du Doubs.

La pêche et les poissons :

À l’image de la Loue et du Dessoubre, ses voisins, le Doubs franco-suisse profite des largesses de la nature avec un système de gorges protectrices que les retenues hydroélectriques ne parviennent pas à endommager. Cathédrales de calcaire, altitude comprise entre 550 et 700 m, dalles de tuf, rien ne manque aux truites et aux ombres qui peuvent atteindre ici des densités et des tailles record. Les truites d’un kilo ne sont pas rares et la taille moyenne des ombres se situe autour de 35 vrais cm. Le parcours du refrain, en aval de la retenue de Biaufond, reste le domaine des très grosses truites sauvages. Le record en mouche sèche frise les 8 Kilos. Mais avant de vouloir l’égaler, d’autres truites d’un poids plus respectable reste à prendre. Une fois que vous aurez visité et admiré les parcours réservés au fouet (attention : ici, un bas de ligne de 6 m avec un 8/100 en pointe est la règle), vous trouverez autour de Goumois une rivière aux formes très variées, permettant toutes les techniques de pêche. Aux grands lisses en amont des Theusserets ou aux confins aval du parcours, à Fuesse, la ligne flot tante peut faire merveille, sous réserve de finesse et de discrétion. Les amateurs de vairon (les pêcheurs locaux le manient avec élégance et efficacité au cadre), de poisson nageur ou de cuiller pourront s’exprimer dans les grands profonds disséminés régulièrement sur le parcours. Les adeptes de l’appât naturel (attention à la réglementation intraitable avec l’usage de la teigne) trouveront dans chacune des ruptures de niveau le brassage nécessaire à des parties de pêche mémorables. L’ombre, omniprésent, est la cible de choix des pêcheurs à la nymphe. Mais vous pouvez aussi le traquer au toc avec un ver de terreau. Dans les deux cas, la finesse du nylon est de rigueur.

Situation géographique :

Parcours de pêche :

-  Le parcours de la verrerie :

Le parcours débute à l’aval du parcours mouche en no-kill. Empruntez le même accès que pour vous rendre au moulin du plain, célèbre hotel-restaurant de Pierre CHOULET qui est l’inventeur des relais Saint-Pierre. Cependant vous devrez continuer tout droit par un petit chemin carrossable. Vous arriverez à une barrière que vous pourrez franchir en veillant de bien la refermer derrière votre voiture pour cause de vaches vagabondes. Après 300 mètres de chemin carrossable vous arriverez sur un parking qui débutera le parcours de la verrerie. C’est un petit paradis de la pêche au toc et au vairon mort manié qui peut se pêcher aussi bien de la rive droite que de la rive gauche (en Suisse). Je vous conseille de pêcher se parcours avant le 1er juin (donc entre le 1er mars et le 1er juin) car ensuite le parcours devient encore plus fréquenté, notamment par les moucheurs. En effet, avant cette date il est interdit de marcher dans l’eau et la pêche, plus difficile, attire beaucoup moins de monde : tant mieux c’est plus agréable. En ces lieux les zones courante alterne avec quelques lisses plus calme. Néanmoins le courant demeure assez soutenu sur l’ensemble du parcours et il faudra plomber en conséquence. C’est l’occasion de faire de très belles coulées en léchant les blocs immergés, très visibles dans une eau transparente à souhait. Les postes sont très changeant d’une saison à l’autre et il faudra à chaque fois redécouvrir le parcours. Au vairon mort manié choisissez des montures assez lourdes de type bohémienne pour véritablement coller au fond. Les beaux poissons y sont calés et ne se déplacent guère pour venir chercher leurs proies. La monture la plus utilisées par les pêcheurs locaux est la cuillère à vaironner qui donne d’excellent résultat sur les belles fario zébrées du Doubs franco-suisse.

Réglementation :

Contacter la fédération de pêche du Doubs, 14 rue des Sarrons, BP 223 à PONTARLIER (25303) - Tél : 03.81.46.44.51 - ou le magasin de pêche de GOUMOIS, La Chipotte au 03.81.44.26.38.

Carte journalière : 12,00 Euros en 2003 (si vous possédez déjà une carte complète)

Taille légale de capture : Truite 28 cm, ombre 32 cm

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com