Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche à la mouche  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche à la mouche"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos partenaires
Nos coups de cœur
 
Montage "escargot" et Flymph
Publié en ligne le lundi 24 février 2003
 

Originaire d’Autriche, le Flymph est né dans les années 70. Ce terme, importé en France par Erich TÖLDERER, ne s’est jamais réellement fait un nom parmi les moucheurs malgré une utilisation connue et reconnue par tous : ce mot désigne tout simplement une mouche d’ensemble, montée avec des plumes de cul de canard, des dubbings, et autres matériaux visant à évoquer l’impression de vie à l’émergence. Ce moment unique, instant privilégié, fait du pêcheur le témoin ébloui d’un des plus grands secrets de nos rivières !

Texte et Photos Christophe KLEINPETER et Christophe BOUET

Montage original de Christophe KLEINPETER

 

De nombreuses larves, après avoir passé de 1 à 3 années dans les interstices du fond de la rivière, se rassemblent en surface du substrat ; l’émergence est toute proche. Si, comme moi, vous êtes curieux de nature, vous avez probablement retourné des cailloux dans la rivière. Les larves que l’on aperçoit alors sont en général matures et vont entreprendre leur éclosion dans les jours qui suivront. A l’intérieur de ces larves nymphales, le futur subimago est déjà complètement formé. Le déclenchement de l’émergence est dicté la plupart du temps par une contingence météorologique : la luminosité, la température de l’eau et de l’air. En fonction des familles d’insectes, l’émergence peut-être différente mais c’est un phénomène qui est toujours spectaculaire, car extrêmement massif : tout à coup, l’ensemble des larves essaie de gagner la surface en direction de la lumière. La plupart émerge activement, d’autre passivement, grâce à la boule de gaz contenue dans le sac alaire et une toute petite partie grimpe directement par les cailloux ou les branches, soit en direction de la surface de l’eau (éphémères) soit sur la berge (plécoptères).

Le Flymph

Il existe donc une grande variété d’insectes aquatiques dans nos belles eaux salmonicoles. Dans un milieu riche et diversifié les plécoptères, trichoptères et éphémères offrent à la truite une nourriture très variée. Cette faune aquatique si nombreuse est un véritable casse tête pour le pêcheur qui doit trouver la bonne mouche. Le Flymph est justement la réponse à cette situation. Les matériaux composant cette mouche d’ensemble lors de l’émergence donnent son réalisme et sa qualité. Les plumes de cul de canard enferment une multitude de minuscules bulles d’air qui recréent à merveille la translucidité d’une matière en pleine transformation.

La technique

On pêche généralement le gobage en amont. Les petits lisses, les sorties de pools, les fins ou les bordures de courant sont à privilégier et à prospecter en priorité. On peut pêcher également vers l’aval, surtout dans les retenues d’eau, mais la difficulté d’effectuer une dérive sans dragage s’en trouve grandement compromise. La Flymph flotte bas dans le film de la surface. Il ne faut surtout pas les graisser avec des produits synthétiques à base de silicone. Pour conserver la mouche pêchante, il suffit de l’imperméabiliser de temps à autre avec un peu de graisse de cul de canard (très peu suffit). On peut pêcher notamment lors des éclosions d’éphémères, sans laisser draguer la mouche, et sur les éclosions de sedges, en revanche, on peut tirer la mouche un peu sous l’eau, l’animer avec de toutes petites vibrations, et la pêcher en noyée. Si vous savez vous adapter, les succès sera sûrement au rendez-vous.

Le montage escargot

Ce procédé permet de monter très rapidement des émergentes. C’est simple, vite fait et économique car une seule plume de C.D.C suffit. Seule petite contrainte, la fabrication d’un petit outil enrouleur mais c’est à la portée d’un bricoleur même sous doué. L’imitation décrite est celle d’un chironome émergent mais on peut naturellement varier et imiter un tas d’émergentes d’ensemble (dubbing à la place du herl de paon, corps en polypropylène etc...) permettant de pêcher au Flymph.

Outil :
-  Cylindre en bois diamètre 6 ou 8 mm
-  2 épingles métalliques
-  Colle type "Araldite"

Formule :
-  Fil de montage 8/0 gris
-  Hameçon 14 à 22
-  Herl de paon, plume de C.D.C gris


-  Coller à l’araldite deux épingles dans un petit cylindre de bois après avoir coupé leurs tête. Elles doivent être jointives. Pour une meilleure visualisation sur le croquis elles ne le sont pas mais il est important pour le reste du montage que ces épingles soient parfaitement jointes.


-  Démarrer l’enroulement à l’oeillet et aller jusqu’au premier quart. Revenir en tête après avoir fixé un herl de paon et une plume de CDC. Celle ci doit être fixée par la base, à plat, face concave vers le haut.


-  Tourner le herl et fixer. Passer la plume entre les 2 épingles de l’outil. Il doit être positionné au quart arrière de la plume de CDC.


-  Tourner l’outil sur lui même. La plume s’enroule autour des 2 épingles.


-  Rabattre les fibres de CDC vers l’avant. Oter l’outil et fixer le pinceau des fibres en tête.


-  Tenir le pinceau vers le haut et réaliser un noeud final qui bloque les fibres verticalement. Repasser le fil de montage derrière le sac alaire et aller à la courbure.


-  Rabattre une partie des fibres de l’aile vers l’arrière et bloquer sous quelques tours de fil pour faire une petite queue. Couper la partie avant. Celle ci aura donc la longueur du corps et servira de gabarit pour l’aile.

-  Retailler l’aile et égaliser le tag. Faire un noeud final derrière le sac alaire (ou à la courbure si le corps est en dubbing). Voici quelques formules d’"émergentes escargot" :

Nom Aile Corps Thorax
Chiro 2 CDC blanc Fil rouge Herl de paon
"Peute" escargot Flanc de cane roulé Poil de lièvre clair Poil de lièvre foncé
Oreille de lièvre CDC kaki Poil de lièvre clair Poil de lièvre foncé
Sulphure CDC jaune Poil de lièvre clair Polypropylène jaune
Speciale ombre CDC rose Brill irisé Laine violette

Ensuite, à vous de composer les votres ...

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com