Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux leurres  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux leurres"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
L’ondulante : un jocker gagnant
Publié en ligne le lundi 24 février 2003
 

Chère aux pêcheurs de brochet, la cuiller ondulante, fort peu utilisée, ignorée, délaissée par le traqueur de truite, est un leurre qui ne laisse pas indifférent dame fario et plus particulièrement les gros spécimens qui hantent les rivières larges et puissantes. La pêche est active, la touche est violente et la bagarre souvent épique ..... l’ondulante mérite assurément d’être moins négligée par les pêcheurs et devrait prendre place dans les trousses à leurres de chacun d’entre nous. Démonstration.

Texte Jean-Jacques LARDY

Photos Jean-Jacques LARDY, Christophe BOUET et MEPPS

 

L’ondulante est tout a fait adaptée aux grands espaces d’une rivière aux courants puissants, à la diversité des postes et aux multiples tenues des truites. En outre, suivant les modèles, on peut aisément l’utiliser à toutes les profondeurs.

Une technique sportive et surtout performante sur les gros sujets

Vous pourrez ainsi rechercher les beaux poissons en poste, mais aussi ceux qui ne sont pas en quête de nourriture. La cuiller ondulante est un leurre incitatif et agressif ; c’est la combinaison des signaux vibratoires et visuels qui provoque l’attaque. Même Si elle considère la cuiller comme une proie, la truite, très territoriale, y voit aussi un ennemi qui met son environnement en danger. Alors, elle la chasse. Soit par un simple coup de tête, soit plus agressivement par un bon coup de dent. Il s’agit sans nul doute d’une pêche sportive et créative puisqu’il s’agit d’aller chercher les truites dans leurs repaires les plus secrets et transformer une palette métallique en intrus insolent ou menaçant. Avec une ondulante, vous vous adressez à toutes les truites, pas seulement à celles qui chassent. Vous multipliez donc vos chances de réussite.

La forme et la particularité des cuillers

Il existe des formes ovales ou rondes, légèrement galbées pour les eaux calmes et peu profondes, et des formes en S pour les eaux rapides, qui adoptent une nage sinueuse et imprévisible. Pour la truite, leur poids varie de trois à plus de trente grammes (les S mer de MEPPS) et une longueur de 35 à100 mm, avec une épaisseur de i à 3 mm. La taille étant bien sûr adaptée à celle des poissons recherchés. On trouve aujourd’hui dans le commerce d’innombrables modèles d’ondulantes, destinées aux carnassiers, aux saumons, truites de mer ou de lac, mais très peu pour la truite en rivière. Ce qui témoigne du peu d’intérêt que portent les pêcheurs de truite pour l’ondulante. C’est dommage, car il s’agit du compromis le plus astucieux qui soit entre un leurre artificiel et un poisson mort manie.

L’ondulante fait merveille dans les courants les plus puissants

La cuiller ondulante fait merveille dans les courants les plus puissants, là ou une cuiller tournante tire trop et ne travaille pas à la profondeur voulue. Elle fait aussi la différence auprès des truites un peu blasées d’avoir vu passer des dizaines de leurres plus classiques. Méconnue des pêcheurs de truite, elle est irremplaçable pour une prospection lente et je dirais presque chirurgicale des pools profonds, surtout en début de saison. Sa conception et son profil particulier facilitent les longs lancers, tout en précision.

Le matériel pour l’animer reste classique

Une canne à lancer de puissance 5/20 g permet d’utiliser des ondulantes jusqu’au N° 3. Je lui préfère cependant une canne plus spécifique de 2,80 m minimum un peu plus puissante, pour utiliser une palette de leurres plus grande, et surtout pour mieux contrôler l’animation, la dérive et pour être en mesure de brider les plus jolis poissons. Le moulinet doit posséder un frein irréprochable, progressif et disposer d’une récupération importante au moins 70 cm par tour de manivelle. Concernant le Nylon, deux écoles s’affrontent : le fluo et le translucide. Le fluo permet de suivre parfaitement l’évolution du leurre et de le guider près des postes supposés, mais il est très voyant (il est donc vivement conseillé de faire un bas de ligne d’un mètre en translucide). Le translucide est quant à lui un Nylon de teinte neutre ne pose évidemment aucun problème de discrétion. Mais côté technique c’est la canne et la main du pêcheur qui doivent créer l’animation et la dérive du leurre, pas ses yeux ! Un Nylon de 18 à 20/100e convient parfaitement, augmentez légèrement ces tailles dans les rivières à migrateurs ... Une surprise est souvent possible. En ce qui concerne la tresse, c’est personnellement, un des seul cas où je préfère utiliser une tresse neutre de 16 à18/100e qui répond en une fraction de seconde à la moindre sollicitation. La cuiller ondulante est dans ce cas directement reliée à la tresse.

Considération sur le choix des palettes

La palette concave, en s’appuyant sur la force de l’eau, provoque une nage ondulatoire, planante et hésitante. Dans ce domaine, les S et les SYCLOPS de MEPPS sem-blent les plus performantes, surtout sur les pools profonds, certaines râpes, le pied des chutes et permet-tent de prospecter en dandine les berges encombrées. Les couleurs mates et neutres semblent les plus performantes pour déjouer la méfiance des truites. En début de saison, elles préféreront les couleurs classiques argentées, dorées avec ou sans décors. Par eaux claires et froides, le bleu est souvent indispensable, voire décisif ! Les arcs-en-ciel et les truites paniers, même de belle taille, préféreront des couleurs plus criardes, du genre fluo, jaune ou rouge.

Les postes les plus difficiles n’effraient aucunement ce leurre

Si le principe même de la pêche à l’ondulante semble d’une simplicité enfantine, la technique est plus subtile qu’il y parait. Elle exige un sens de l’eau aiguisé, beaucoup d’obser-vation dans le choix du leur-re, selon l’état des eaux, le débit et la profondeur. L’ondulante n’est pas un leurre "à ramener" ; un gros travail d’animation est nécessaire, un peu comme au poisson manié... mais avec l’avantage d’un leurre qui, dans les phases de repos, s’appuie sur le cou-rant et continue à onduler.

Du point de vue de l’animation, tout est dans le feeling et la créativité

L’action s’apparente plus ou moins à une pêche à devonner, comme Si vous prospectiez un pool à saumon. Opérez d’amont vers l’aval, en lançant en tête de pool ; puis plein travers. Il faut laisser descendre l’ondulante au fond, enclencher le pick up du moulinet, puis d’un coup de poignet sec commencer l’animation tirées sèches, relâchers, récupérations irrégulières, vont conférer à la palette une nage sinueuse et désordonnée, frétillante et irrésistible. Dans les eaux froides, appliquez-vous à une pêche lente à proximité de postes supposés occupés. Vous devrez racler les cailloux, fil tendu, tandis que votre leurre effectue sa dérive en arc de cercle. Après chaque dérive, descendez ou remontez de quelques mètres et renouvelez l’opération. N’hésitez surtout pas à insister. La touche peut se traduire par une sensation diffuse d’accrochage, un arrêt brutal dans la dérive. Au moindre doute, ferrez d’un geste appuyé en relevant la canne. Parfois, c’est seulement le fond, mais le plus souvent l’éclair argenté d’une grande truite se débattant dans le courant récompensera vos efforts ; et la confiance que vous aurez su mettre en l’ondulante ! Vous ne regretterez pas votre choix, car son efficaci-té est remarquable dans les eaux surpêchées, là où les poissons ne se laissent plus prendre par les leurres plus classiques.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com