Accueil >> La vie du site >> Editorial  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Editorial"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
 
Un curieux faire-part !
 
 


Un mâle et une femelle saumon sont heureux de vous annoncer la naissance de leur petite, une truite arc-en-ciel.
Ce curieux faire-part provient d’un laboratoire de biologie de l’Université de Tokyo, au Japon, où l’équipe de Goro Yoshizaki a transplanté des cellules germinales de truites chez des saumons stériles afin qu’ils engendrent des truites.
Pourquoi se donner tant de mal ?
Pour aider à la conservation et à la reproduction d’espèces de salmonidés qui sont menacées de disparition.

Les cellules reproductrices des poissons ne supportent pas la cryoconservation, expliquent les chercheurs japonais, parce qu’elles sont trop grosses et trop riches en graisses. Quant aux hybrides issus d’une reproduction directe entre la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) et le saumon masou (Oncorhynchus masou), ils ne sont pas viables.

Le docteur Yoshizaki et ses collègues ont donc utilisé des saumons masou stériles comme parents ‘’porteurs’’ de cellules germinales de truites. Des spermatogonies, précurseurs des spermatozoïdes, ont été implantées chez des embryons mâles de saumons.
A l’âge adulte, 10 de ces poissons (sur 29 implantés) produisaient des spermatozoïdes de truite. Les femelles ont reçu des ovocytes matures à l’âge adulte. Les rejetons issus de l’union de ces parents ‘’porteurs’’ étaient des truites arc-en-ciel, dont l’ADN correspond parfaitement à celui des Oncorhynchus mykiss. De plus, cette génération de truites était fertile et a pu se reproduire à son tour.

Avec cette technique, il sera possible de créer de nouvelle génération d’espèces de poissons au bord de l’extinction en utilisant des parents issus d’une espèce non menacée, concluent les chercheurs, qui publient leurs résultats aujourd’hui dans la revue Science.

Cécile Dumas
Sciences et Avenir.com

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com