Accueil >> Coins de pêche >> Bons coins en France  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Bons coins en France"
Nos coups de cœur
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
 
Le Haut Allier (43)

Le Haut-Allier est peut-être la plus belle rivière de France, et en tout les cas la plus sauvage. Une perle rare peuplée de truites, d’ombres et où évoluent encore en toute liberté loutres, faucons pélerins, hibous grand duc et j’en passe. Le parcours proposé débute en amont du barrage de Poutès-Monistrol et se poursuit jusqu’à Langogne, soit au total une vingtaine de Kilomètre de cours d’eau qui s’écoule dans un décor de rêve. L’allier serpente en effet au fond de gorges encaissées, taillées dans le basalte, présentant le profil typique d’une rivière de moyenne montagne où alterne courants vifs, lissses et grands gours. Les accès sont parfois délicats, seuls quelques rares chemins conduisent aux divers parcours : La parade, Genestouse, le Cros entre Pont-d’Alleyras et Chapeauroux, Saint-Médard et Joncherette entre Chapeauroux et Langogne.

La pêche et les poissons :

Les eaux cristallines de cette rivière à la qualité halieutique renommée abritent à la fois une population de truites à la robe pailletée de mille éclats de couleurs qui caractérise la souche naturelle des lieux ainsi qu’une population autochtone d’ombres commun. La taille moyenne des poissons est relativement élevée, notamment celle des ombres qui oscille couramment entre 45 et 50 cm. Il convient de noter également la présence de vairons, goujons, chabots (révélateur de la qualité des eaux), de très gros barbeaux, de chevesnes et de vandoises très abondantes dans la partie aval.

En raison de l’altitude élevée (environ 1000 mètres) et de la rudesse du climat (j’ai déjà vu de la neige au mois de juin), la vraie saison débute à partir de la mi-mai et surtout en juin. Toutes les techniques peuvent être mises en oeuvre pour la truite, à pêcher aux appâts naturels (vers et teigne) ou au vairon en début de saison dans les gours et courants lents. Dès l’arrivée des beaux jours, mieux vaut s’attacher à prospecter les courants vifs, les grands lisses à l’ultra-léger ou à la mouche sèche ou noyée, et les berges encavées situées à l’ombre des saules.

Situation géographique :

Parcours de pêche :

-  Le parcours du Clos :

A la sortie du village d’ALLEYRAS en empreintant la D 40 en direction de GENESTOUSE et PRADELLES vous verrez un chemin sur la gauche (juste après la cabine téléphonique) qui vous emmènera vers le clos. Garer votre véhicule car vous ne pourrez aller jusqu’au bout qu’en marchant. Il ne faut guère plus de 5 minutes pour traverser le pont qui enjambe la voie ferré et arriver ainsi jusqu’à la rivière. Deux solutions s’offrent à vous : Soit vous débutez la pêche à partir d’ici en remontant le courant, soit vous faîte un peu de marche, ce que je vous conseil. Si vous avez choisie cette solution, remonter la rivière sur quelques kilomètres et pêcher un parcours qui je vous l’assure ne voit pas beaucoup de pêcheur de truite au cours de la saison. Certes, les abords rocheux du Haut-allier ne ressemble guère au petit chemin de randonné paisible que l’on peut voir fleurir ici et là à proximité de nombreuses rivières, mais le jeu en vaut la chandelle. Si vous avez le courage (environ 1 à 2 heures de marche difficile) vous arriverez jusqu’au viaduc du chemin de fer surplombant la rivière et aurez le plaisir de débuter la pêche sur un parcours ou tout les chemin "on oubliés d’arriver". Sauvage par excellence, le parcours de la Taillide est splendide. Une alternance de courants parfois puissants, de lisses réguliers et de gours très profond (attention ne vous fiez pas aux eaux transparentes pour évaluer la profondeur souvent trompeuse). Ici l’Allier est une rivière pleinement épanouie et s’engage dans des gorges somptueuses. L’ensemble des techniques de pêche de la truite et de l’ombre sont ici utilisables. La limpidité de l’eau permet au pêcheur à la mouche de tenter les gros ombres grâce à une petite nymphe à vue, au pêcheur aux appâts naturels de laisser porter par le courant un vers de berges ou de terreau ou au pêcheur au vairon manié, avide d’émotions, de rechercher les quelques grosses farios qui peuplent le parcours (3kg100 est le record de votre serviteur sur cette rivière) dans les multiples et profondes fosses qui jalonnent le cours de la rivière.

Attention toutefois car la pêche dans les gorges du Haut-Allier est une aventure qu’il convient de goûter à sa juste valeur, riche en découvertes mais non sans risques pour un pêcheur isolé : Donc, prudence et sagesse !

En savoir plus :

Visitez le site de Thierry MILLOT : www.guidepechemouche.com

Réglementation :

Contacter la Maison de la pêche, 32 rue Henris Chas à LE PUY EN VELAY (43000) - Tél : 04.71.09.09.44

Le département adhère au CLUB HALIEUTIQUE INTERDEPARTEMENTAL

Taille légale de capture : 25 cm

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com