Accueil >> La vie du site >> Editorial  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Editorial"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
 
La sentinelle de nos rivières
 
 


Le comportement et la survie de la truite dans les rivières sont des indicateurs de la qualité des eaux.
Des chercheurs de l’INRA ont montré, grâce à l’étude de cet organisme sentinelle*, que la truite est un révélateur de la qualité des écosystèmes aquatiques et du fonctionnement des bassins versants.
La truite commune (Salmo trutta), poisson qui fait la réputation des rivières françaises, est un très bon modèle de bioindicateur, notamment les stades juvéniles qui sont les plus fragiles et les plus sédentaires.
Des tests ont montré que la mortalité des œufs et des jeunes larves de truite qui vivent dans les graviers augmentait avec les teneurs en matières particulaires et en ammoniaque dans les rivières. Les matières particulaires, en sédimentant, colmatent les graviers dans lesquels a lieu l’incubation des œufs et où séjournent les très jeunes alevins de la truite. Cela a pour conséquence une diminution de l’oxygène dissous et une augmentation de l’ammoniaque dans l’eau entre les graviers. Outre une mortalité accrue des alevins, ce type de pollution entraîne un retard de croissance des survivants, diminue la capacité de production de la rivière en nourriture pour ces jeunes truites. Par une série de réactions en chaîne, l’effectif de la population de truite de tout le cours d’eau peut diminuer. Dans le cadre d’une collaboration INRA-CEMAGREF, un projet intitulé « Effets de la gestion des bassins versants sur les transferts particulaires et dissous et sur la qualité biologique des eaux de surface en zone d’élevage » a été mené en association par neuf équipes de recherche. Il a rassemblé des spécialistes en écologie du paysage, agronomie et sciences du sol, hydrologie et écologie aquatique. Ce projet a mis en évidence le rôle de l’occupation des sols et de la structure du paysage des bassins versants sur les flux de matières particulaires, mais aussi celui des pratiques agricoles, plus particulièrement près des berges des cours d’eau. Une différence de flux particulaires entre deux petits bassins versants de Basse Normandie a été révélée par certains bio-indicateurs dont notamment la survie des jeunes stades de la truite.

Source INRA

* Un organisme sentinelle, ou bioindicateur, est une espèce dont le comportement, la survie, ou d’autres réactions servent de « sonnette d’alarme » face à une perturbation du milieu.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com