Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux appâts naturels  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux appâts naturels"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Le début de saison en montagne
Publié en ligne le lundi 1er mars 2004
 

Nous avons tous rêvé de truite et de rivière sauvage en cette période de fermeture et la réalité arrive enfin. Comme chaque pêcheur de truite, nous sommes impatients de retrouver notre rivière et les joies que nous procurent notre présence au bord de l’eau. L’ouverture, grande cérémonie de ce début d’année, est là pour inaugurer le début de notre saison de pêche. Il y a quand même six mois que nous n’avons pas eu une canne en mains et il est temps de retourner à assouvir notre passion.

Texte et photos Stéphane DELPEYROUX

 

Les conditions de pêche du début de saison sont bien particulières ; c’est pour cela que nous allons nous remettre en tête quelques éléments importants. Tout d’abord, nos chères mouchetées sortent d’une dure période d’hiver et de reproduction, elles sont donc fatiguées et amaigries. Cela aura un impact direct sur les postes qu’elles occuperont dans la rivière. De plus, les eaux seront froides pour deux raisons : la première, sera l’influence des basses températures atmosphériques sur la température de l’eau et la deuxième, sera la fonte des neiges qui surviendra dès le réchauffement des températures extérieures. Tout ceci poussera la truite à rester près du fond. En effet, cette dernière étant affaiblie, elle ne pourra pas se nourrir dans les eaux hautes et fortes mais préfèrera les postes calmes et abrité du courant. Nous devons alors pêcher avec une plombée groupée et assez lourde pour amener l’appât dans la gueule du poisson. Nous allons donc voir les différentes situations que nous pouvons rencontrer en régions montagneuses pour piéger la reine des eaux vives.

Là haut près des sommets.

Il n’y a qu’à prononcer le mot « montagnes » pour faire rêver plus d’un pêcheur de truites. Le seul fait de rencontrer des paysages magnifiques justifie à lui seul cette envie d’évasion. Notre partenaire de jeu y est très présente, possède une robe magnifique et est souvent moins éduquée qu’en rivière de plaine. En effet ces lieux, peu pêchés, reçoivent peu de visiteurs et encore moins en début de saison en raison de la difficulté que l’on a pour y accéder. Il faudra en effet attendre la fonte des neiges pour pouvoir se rendre sur les ruisseaux de moyenne montagne. La truite, qui a subi une longue période de froid où la nourriture a été très peu présente attend que des jours meilleurs arrivent pour pouvoir s’alimenter normalement. Au pêcheur de savoir saisir l’opportunité des phases alimentaires qui seront de plus en plus longue. Ces cours d’eau ont en général un débit important et possèdent des eaux souvent puissantes. Il nous faudra donc pêcher de préférence les secteurs calmes tels que les trous, les remous et tous les éléments qui pourront briser les caprices du courant. Une attention toute particulière devra être portée à la prospection des bordures, c’est à dire sous les berges et sous les rochers. Notre mouchetée, à l’abri de tout danger, attend en ce lieu qu’une proie passe à proximité d’elle pour s’en saisir. Mais attention, les eaux très froides à cette altitude, nous impose de pêcher très précisément pour que l’appât passe juste devant la gueule du poisson. Pour ce faire, nous emploierons une plombée lourde et groupée passant près du fond avec un premier plomb situé à 6/8 cm de l’hameçon. Il ne faudra pas hésiter à passer plusieurs fois sur un poste même si en ces lieux les truites s’emparent souvent vite de l’esche, ne voulant pas rater un apport nutritif conséquent. C’est pourquoi les appâts lourds seront de rigueur. Le vers sera l’un d’eux et incontestablement le meilleur par son rapport poids/apport énergétique. Au niveau matériel, un bas de ligne de 12 centièmes fera l’affaire. Pour ce qui est de la canne, un modèle type anglaise télescopique en 3m90 est parfait par son faible encombrement et sa bonne glisse. Les hameçons seront choisis en fonction de la taille des vers. Un dernier conseil cependant : écraser votre ardillon, les truitelles étant plus nombreuses que dans les vallées, cette action facilitera leur remise à l’eau.

Le torrent des vallées encaissées.

Ces vallées recueillent l’eau des ruisseaux des montagnes alentours pour former des torrents. Ils ont un débit assez important toute l’année, cela sera d’autant plus vrai en ce début de saison car nous aurons à faire à de forts courants dûs à la fonte des neiges. Pour mettre toutes les chances de notre côté, le moindre poste d’eau calme devra être prospecté. Les cassures de courant formées par les rochers ainsi que les bordures seront les plus intéressantes à pêcher. Ces torrents sont composés d’une multitude de petits coups qu’il est important de passer au peigne fin. Beaucoup de pêcheurs oublient de passer sous une roche qui est responsable d’une petite chute. La chute d’eau semble un poste mouvementé mais derrière celle-ci se trouve une zone calme qu’il est bon de connaître. Ici, une plombée plus groupée qu’en altitude s’impose, le débit étant plus important. Le plomb de tête sera encore placé à 6/8 cm de l’hameçon qui sera complété par 3 ou 4 cendrés de plus gros diamètre. L’appât devra toujours passer près du fond et être amené comme sur un plateau à dame Fario. Pour cela nous emploierons encore des esches lourdes comme les vers ou les teignes de grosses tailles. Il n’est pas toujours aisé de se dissimuler dans ces torrents, surtout quand les feuilles n’ont pas encore poussé. L’emploi d’une canne à fil intérieur pourra nous aider à passer à travers les branches car nous pêcherons le plus souvent depuis la berge. Sinon il nous faudra remonter le cours d’eau en progressant de « trou en trou ». Ceci est une bonne méthode, les truites ayant perdu de leur méfiance et l’eau n’étant pas toujours très claire en cette période, nous n’aurons moins de problèmes de discrétions.

Les rivières de moyenne montagne.

Les vallées plus larges laissent place à de belles rivières formées par les torrents des vallées plus encaissées. Ces cours d’eau sont en général faciles d’accès et par conséquent sont les plus pêchés. Ils possèdent aussi de plus gros poissons. Le débit sera toujours important et les courants seront forts. Cependant, la rivière étant plus large et plus profonde, le courant sera souvent mieux réparti. Nous pourrons donc pêcher plus de postes, les secteurs calmes étant plus nombreux. Ici, les grandes fosses, les queues de courant devront être prospectées au ras du fond avec une plombée bien groupée. Le centre du cours d’eau pourra être pêché si le courant n’est pas trop fort, ce qui n’est pas rare même à cette époque. Les bordures devront bien sûr toujours attirer notre attention. Les appâts utilisés seront les mêmes que précédemment, les larves de trichoptères venant s’ajouter aux vers et aux grosses teignes. Les poissons ayant perdu de leur méfiance pendant la fermeture, nous pouvons espérer toucher quelques belles truites dans ces rivières. Nous emploierons des bas de ligne de l’ordre du 14 centièmes. Une canne anglaise de 3m90 sera adaptée à ce type de parcours. L’important volume d’eau charriée par ces cours d’eau nous permettra une prospection vers l’aval et ainsi améliorera la présentation de l’appât.

Quelques caractéristiques de ce début de saison sont à retenir : les eaux seront froides, hautes et les truites peu actives. Ces caractéristiques propres au début de saison influenceront indéniablement notre façon de pêcher. Nous emploierons une plombée groupée et assez lourde pour passer près du fond car c’est à cet endroit que se tiendra dame Fario. Nous utiliserons des esches lourdes et volumineuses qui représenteront un gros apport énergétique pour la truite. La pêche en altitude, en torrents et en rivières, présente bien des similitudes en matière de prospection à cette époque de l’année . C’est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux parcours, plus simplement, puisque ceux-ci présente à peu près les mêmes caractéristiques. Profitons en, car au fur et à mesure qu’avancera la saison il faudra adapter notre pêche car ces lieux évolueront différemment et la tactique de pêche devra suivre.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com