Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux appâts naturels  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux appâts naturels"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Le ver est toujours à la mode
Publié en ligne le jeudi 12 mars 2009
 




De tous les appâts naturels, le ver reste, à mon avis, le roi en début de saison.
Il demeure cependant excellent le reste du temps jusqu’à la fermeture à condition de l’utiliser où il faut et quand il faut.

Texte et photographies Alphonse Arias

 

D’ordinaire, de l’ouverture à avril, les eaux sont froides, surtout si l’on pêche en montagne, mais aussi dans le piémont ou en plaine. En principe, les truites ont à supporter les températures les plus basses de la saison de pêche. Leur activité s’en trouve ralentie et leur digestion aussi. Ce qui nous laisse des chances assez modestes de les « rencontrer » Bien souvent leur appétit est très limité. Généralement, elles ne s’intéresseront qu’à des bouchées importantes et qui représentent le menu normal du moment. Ainsi le ver ne fera pas figure d’intrus au commencement de la saison truite.
Sauterelles et grillons, par exemple, pourraient intriguer et inquiéter notre poisson. Je veux bien sûr parler en début de saison d’insectes lyophilisés ou artificiels. Il en serait de même pour la mouche naturelle, mis à part lors de belles journées et aux moments les plus chauds. Quant à la teigne, appât certes pratique, elle pourra donner des résultats, mais je pense, bien souvent, inférieurs à ceux procurés par le ver, principalement pour les truites rustiques ou sauvages.

Vous avez à votre disposition plusieurs catégories de vers que vous pouvez, bien sûr, vous procurer chez les détaillants en articles de pêche mais aussi plus ou moins facilement dans la nature.
L’idéal, c’est d’avoir un compost fait avec des restes de légumes et de feuilles, constamment humide et alimenté. Il peut se transformer en véritable verminière et vous fournir des vers durant toute la saison. Lors de la cueillette, vous serez déjà à la pêche ! Quelques jours avant la sortie halieutique, mettez les vers dans une boîte hermétique avec de la mousse épaisse et mouillée. Disposez la dans un endroit frais ou si vous avez l’autorisation dans le bac à légumes du frigo.

Le Dendros

Vous l’utiliserez surtout dans les eaux peuplées de truites d’élevages si vous êtes intéressés par ces poissons. Le choix de l’hameçon et de l’eschage occupe une place excessivement importante. Un eschage classique d’un ver ou d’une teigne sera dans de nombreux cas moins efficace. Le fin du fin est d’avoir un appât adapté et dont la forme et la position sur l’hameçon facilitera une rotation. Pour cela, l’hameçon de forme arrondie sera à éviter. Préférez ceux plus « carrés » et utilisez des numéros 6 ou 8. L’épaisseur du ver aura elle aussi une grande importance. Enfilez le par la tête et faites lui trahir la forme de l’hameçon en dégageant cependant pointe et ardillon. Coupez la queue du ver de façon à ce qu’il dépasse maximum de un centimètre.
Séparez votre ligne en 0,18 fluo et votre bas de ligne en 0,14 transparent par un petit émerillon. Mettez une plombée unique au-dessus de l’émerillon (entre 4 gr et 8gr selon la force du courant). Soit vous pêchez sous une canne de 5 à 8 m en faisant lentement remonter le courant à votre ver, soit vous utilisez une canne à anneaux extérieurs de 3,5 à 4 m et vous lancez aval puis vous moulinez lentement en coupant les veines d’eau.
Votre ver doit tourner comme une cuiller.

Le ver à tête noire et queue plate

C’est mon préféré en mars et avril. Il est épais, assez long et lourd, et représente une bouchée substantielle pour la truite. Vous utiliserez un hameçon n°8 ou n°10 de préférence bronzé ou rouge. Vous enfilerez le ver par la tête en le faisant remonter sur le bas de ligne.
-  La plombée sera, bien sûr, fonction de la force des veines des courants prospectés et de la profondeur de l’eau. Je ne suis pas un fana des plombées lourdes mais en début de saison je préfère pêcher plutôt un peu trop lourd que trop léger. Le ver doit évoluer lentement près du fond. La plombée doit glisser en frottant sur le lit du cours d’eau.
-  Lors de l’action de pêche, vous devez être en contact avec les galets ou les graviers du lit du cours d’eau. Si tel n’était pas le cas, alourdissez votre plombée ou donnez un peu de mou à votre ligne. Les touches sont généralement caractérisées par l’arrêt du guide fil, par un net ralentissement de ce dernier ou par les fameuses tractions qui ont donné le nom de pêche « au toc » à cette technique.
-  Profitez de ces émotions des pêches d’antan car cela ne durera que quelques petites semaines. Avec les beaux jours, les touches se feront plus subtiles même avec cet appât. Pendant les premières semaines suivant l’ouverture, le ferrage pourra intervenir 2 secondes après avoir « donné la main » c’est-à-dire après avoir donné un peu de mou à la ligne.

Le ver de berge

Comme le nom l’indique il se trouve dans les berges. Il faut cependant connaître les endroits favorables, ombragés et humides. Si vous le pouvez tentez d’en essaimer chez vous. Choisissez bien le lieu avec de la terre meuble, du terreau, du sable très fin et de l’humidité. Vous aurez peut être la même chance que moi !
A défaut, vous pouvez utiliser celui de terreau, rond et dur, sensiblement de même taille. Les vers de 3 à 6 cm remplaceront le ver à tête noire et queue plate dès que la saison truite commencera à avancer, à partir de la fin avril ou du mois de mai. Les montages seront en conséquence : hameçon n°10. La plombée également sera moins lourde, étalée et pourra évoluer légèrement décollée du fond. Quant à l’eschage, j’utilise la même méthode que pour le ver à tête noire et queue plate. Les touches plus discrètes nécessiteront un ferrage quasi instantané.
Profitez des eaux teintées ou borgnes, quelle qu’en soit la cause, du matin au soir, tant en ruisseaux qu’en torrents ou rivières. N’hésitez pas à endosser un imperméable car par temps de pluie le ver est excellent. Les truites sont appâtées naturellement par les vers qui sortent des berges et qui tombent à l’eau.

Rien n’étant absolu à la pêche et surtout à celle de la truite. Ayez le soin d’emporter avec vous, même en début de saison et surtout après, les différents vers évoqués, des petites teignes ainsi que les larves et insectes du moment. Sait-on jamais !

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com