Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche à la mouche  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche à la mouche"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos partenaires
Nos coups de cœur
 
Un maître de la nymphe à vue
Publié en ligne le vendredi 2 avril 2004
 

Il existe quelques rares pêcheurs d’exception que l’on a parfois la chance de rencontrer au bord de l’eau et qui, en l’espace de quelques heures, ne peuvent laisser indifférent. C’est le cas de Grégory Treille, guide de pêche professionnel et virtuose de la pêche à la nymphe à vue. Ce personnage singulier est parvenu en quelques années à se hisser, malgré son jeune âge, dans la catégorie des « vielles mains » : ceux qui maîtrisent à la perfection leur technique et qui comprennent instinctivement leur rivière. En dépit de sa déconcertante facilité à « cueillir » des poissons difficiles et à leurrer des truites records, ce jeune homme humble, attachant et touchant est encore capable de s ‘émouvoir lorsqu’il observe l’une de ces belles zébrées Franc-comtoises avant de la pêcher.

Texte et photos : Christophe Bouet

 

Grégory Treille - Greg pour les intimes - est un fou de pêche et un maître incontesté de la pêche à la mouche, plus particulièrement de la pêche en nymphe légère ou il excelle. Pêcheur passionné, Grégory ne pouvait voir sa vie autrement qu’au bord de l’eau à traquer les poissons des plus belles rivières de sa Franche-comté natale. Ainsi, il obtint avec succès voilà déjà quelques années son diplôme de guide de pêche auprès de la maison nationale de l’eau et de la pêche à Ornans (25), profession qu’il exerce aujourd’hui avec une ferveur et un enthousiasme pour le moins communicatif. Dès lors, il passe ses journées au bord de l’eau pour accompagner quotidiennement ses clients sur les plus belles rivières de France et d’Europe afin de leurrer ombres et truites mais aussi et surtout pour faire partager ses connaissances ... et Dieu sait s’il en a !

Un virtuose de la pêche

Pour se persuader des qualités de pêcheurs de Grégory il suffit de passer quelques heures à la pêche avec lui pour comprendre rapidement à qui l’on a à faire. C’est un véritable maître de la pêche qui manie une canne à mouche avec une dextérité que pourrait envier de nombreux pêcheurs. Les faux lancers déploient toujours une soie parfaitement tendue et la boucle est constamment serrée grâce un mouvement totalement linéaire de la canne. Les posers qui en découlent sont alors précis et toujours remarquables. Allié à une technicité irréprochable, Grégory possède un sens de l’eau hors du commun. Son analyse perpétuelle des différentes situations de pêche, son sens de l’eau qui semble inné et son expérience de la rivière en font une véritable « bête de pêche » : il sait ce qu’il faut faire ..... quand il faut et où il faut !

Une approche soignée

On constate rapidement à son contact que Greg accorde une attention toute particulière à l’approche d’un poisson repéré. Il part du principe évident qu’une truite ou un ombre qui ne l’a pas vu est forcément plus disposé à ce saisir de sa mouche qu’un poisson qui l’a aperçu mais qui n’a pas forcément fuit pour autant lors de son approche. Je sais que vous allez me dire que c’est d’une logique implacable et qu’il est bien sûr logique de soigner sa progression pour leurrer un poisson difficile ... et que tous les pêcheurs de truites font bien sûr attention lors de leur placement.
Cependant, si je me permets de souligner ce fait, c’est que j’ai pu constater que Grégory apportait un soin inhabituel pour approcher une truite. Pour appuyer mes propos, je me souviens l’avoir vu mettre plus d’une heure avant de commencer à pêcher une truite que nous avions repérée sur la moyenne Loue. Il est vrai que cette magnifique mouchetée dépassait très probablement le mètre pour un poids estimé à plus de quatorze livres ... et qu’un poisson de cette taille connaît la musique. Outre le fait qu’il ai contrôlé minutieusement son matériel et changé les nylons de son bas de ligne, Grégory a littéralement déployé les méthodes d’un vieil indien Comanche pour s’approcher et se placer de manière adéquate pour leurrer cette truite impressionnante. Ce jour là, il s’est approché tellement près de cette truite qu’il aurait pu la toucher de la pointe de sa canne en tendant le bras. Il faut dire que Grégory ne se place pas n’importe comment et utilise très subtilement les ombres et la lumière. Sa position par rapport au soleil, toujours face à lui alors qu’il se trouve dans une zone d’ombre, est très importante mais ne suffit pas : Grégory ne marche pas comme le commun des pêcheurs lorsqu’il se trouve au bord de l’eau. Complètement voûté ou littéralement à genoux, il s’approche toujours avec la plus grande discrétion d’une truite ou d’un ombre qu’il a repéré rapidement grâce à sa vue tout à fait exceptionnelle, même si le poisson se trouve fort loin.

Une technique sans faille

Si Greg est un tacticien hors pair qui possède un dont inouï pour comprendre où se trouvent les poissons convoités, il n’en reste pas moins un technicien très pointu. Sa technique de pêche est parfaite et il sait à tout moment où se trouve sa mouche immergée par rapport au poisson. Il sait instinctivement si sa nymphe est trop ou pas assez plombée et n’hésite pas à en changer pour un modèle plus ou moins lesté s’il juge nécessaire de le faire. Cependant, même s’il change de nymphe, il ne change pas nécessairement de modèle, restant le plus souvent sur son idée de départ. C’est pourquoi il monte un même modèle de mouche avec des lestages différents permettant de pouvoir pêcher dans toutes les circonstances. Pêchant souvent les truites et les ombres très sollicités des rivières franc-comtoises que sont la Loue, Le Doubs ou le Dessoubre, Grégory réalise généralement des dérives inertes sans aucune animation de sa nymphe. Il a pu constater que ces poissons difficiles réagissent avec une grande méfiance et que cette manière de pêcher est bien plus efficace que si l’on anime la nymphe. Cependant, rien n’est figé et il convient de s’adapter en fonction du comportement des truites ou des ombres. En effet, si l’un d’eux a refusé à plusieurs reprises sa mouche, Grégory n’hésite pas alors à effectuer une très légère animation lorsque sa nymphe arrive presque devant le nez du poisson. Un petit sursaut de quelques centimètres de la nymphe peut alors provoquer une attaque réflexe de la truite ou de l’ombre. Dans tous les cas, et je pense que c’est l’une de ses qualités premières, Grégory ferre toujours au bon moment et sait précisément à l’instant ou le poisson a la nymphe bien dans la gueule.

Peu de nymphes

En fait, Grégory se contente de très peu de modèles de nymphes différentes en comparaison avec le commun des pêcheurs à la mouche, moi le premier, surtout lorsque l’on ne pratique pas toujours le même type de pêche et que l’on a par habitude de fréquenter des rivières très différentes. Cependant, même si peu de modèles garnissent sa boîte à mouche, ces imitations sont souvent déclinées en différents lestages et marquées individuellement par de petits repères visuels lors du montage afin de pouvoir savoir du premier coup d’œil si l’on a une nymphe plus ou moins plombée. L’une de ces mouches de prédilection est la fameuse « Pheasant Tail » que Grégory utilise systématiquement pour débuter lorsqu’il n’observe aucune activité particulière sous la surface de l’eau. Mise au point par Franck Sawyer voilà des décennies, c’est toujours une mouche de base du moucheur et je ne connais pas un seul bon pêcheur à la nymphe qui, actuellement, ne possède ni n’utilise pas avec succès la « Pheasant Tail » et sa sœur la « Grey Goose », quelles que soient les eaux où il pratique. Ce modèle, d’apparence désuète mais qui, dans la pratique, s’avère d’une efficacité qui n’est plus à prouver est monté par Grégory sur hameçons de 10 à 14 pour la truite et de 16 à 20 pour l’Ombre. Lors du montage, il prend le soin de réaliser ces artificielles avec un nombre précis d’enroulement de fils de plombs (3, 6 ou 9 tours) pour avoir des mouches toujours lestées de manière identique et savoir exactement à quelle vitesse elles vont descendre dans la couche d’eau.

Paquet ou cloche ?

Afin d’obtenir une présentation parfaite, Grégory porte une attention toute particulière au posé de sa mouche, chose qu’il maîtrise là aussi à la perfection. En effet, en fonction des circonstances, il utilise deux types de posers différents qui vont garantir à sa nymphe une dérive exempte de dragage, toujours difficilement perceptible lorsque l’on pêche sous l’eau. Le poser « en paquet » a sa faveur en ce qui concerne les zones courantes et le poser « en cloche », ou « parachute », a sa préférence pour ce qui est des zones plus calmes. Pour réaliser un poser « en paquet », il est nécessaire de frapper la surface à grande vitesse avec sa nymphe pour faire pénétrer rapidement dans l’eau la mouche, la pointe du bas de ligne puis le bas de ligne lui-même. L’immersion sera d’autant plus rapide que la nymphe arrivera vite au contact avec la surface et que l’ensemble du bas de ligne se posera en paquet à proximité du point d’impact de la mouche. Ce poser technique va permettre à l’artificielle de dériver naturellement et de s’enfoncer normalement sans aucun dragage. Pour ce qui est des zones calmes, Grégory adopte un poser qu’il a baptisé « poser en cloche » ou « poser en parachute ». Il s’agit lors du shoot de s’imaginer poser sa nymphe sur une surface virtuelle bien au-dessus du niveau réel de la surface de l’eau. La mouche se trouvant alors à quelques dizaines de centimètres de la surface, tombera ainsi de son propre poids dans l’eau, entraînant le bas de ligne dans sa chute gracieuse qui formera une jolie boucle verticale ... en forme de cloche. Ce poser, délicat et discret, assurera une immersion naturelle et lente sans que le bas de ligne puisse brider la nymphe et compromettre sa présentation.

Quelques heures de pêche passées avec Grégory canne en main nous renseignent sur la capacité de pêche que possède ce jeune homme. S’il mérite à raison la réputation de meilleur guide de pêche en Europe que lui ont fait quelques grands noms de la pêche, c’est plus que tout son talent et la formation enrichissante que l’on peu acquérir à ses côtés qui doit être retenue. Son niveau technique et tactique, sa connaissance approfondie des poissons gobeurs et sa gentillesse en font un professeur de tout premier ordre ... un véritable maître de la pêche à la nymphe à vue.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com