Accueil >> Coins de pêche >> Parcours mouche / Réservoirs  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Parcours mouche / Réservoirs"
Nos coups de cœur
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
 
La ronde de l’île (21)

C’est au hasard d’une navigation dans les méandres de l’Internet que je découvris pour la première fois, virtuellement, les eaux limpides de l’Ignon et le domaine de « la Ronde de l’île », un parcours de pêche à la mouche Bourguignon. Naturellement attiré par les belles rivières et tout particulièrement lorsqu’elles abritent notre belle mouchetée, je pris rapidement contact avec Benoît Letort, le régisseur des lieux, pour en savoir d’avantage. Convaincu de l’intérêt du site à la suite de notre premier contact, il me restait à me rendre sur place pour attester de la véracité des propos que ce dernier m’avait tenus ... Et croyez moi, je ne fus pas déçu !

C’est par une chaude et orageuse journée de juin que fut pris notre rendez-vous dans la petite commune de Dienay, situé dans la pittoresque vallée de l’Ignon, à proximité du domaine de « la ronde de l’île ». C’est d’ailleurs comme ça que procède à chaque fois le régisseur pour accueillir ceux qui ne connaissent pas encore les lieux car il faut bien reconnaître qu’il n’est pas très simple de se rendre sur le parcours. En effet, ici tout est resté sauvage et authentique et il ne faudra donc pas vous attendre à voir la direction du domaine sur des panneaux indicateurs ou bien des enseignes tape-à-l’œil pour vous indiquer le chemin. Pour vous y rendre, en suivant votre guide, vous emprunterez seulement deux ou trois kilomètres de route départementale, deux cent mètres sur un petit chemin chaotique pour arriver aux portes du domaine, en bordure d’une rivière splendide.

Une petite merveille !

Tout comme je l’ai été dès mon arrivée sur le domaine, vous serez sans aucun doute séduit par la beauté de l’Ignon dont les eaux cristallines ne pourront pas vous laisser insensible. D’ailleurs, comment le rester face à la clarté exceptionnelle de ces eaux calcaires qui coulent paisiblement au milieu de prairies et de forêts en une succession de méandres, de radiers et de grands gours profonds.
Entourant une île de 7 hectares, cette petite merveille restée confidentielle grâce - ou à cause - de la privatisation de la quasi-totalité de ses berges qui en interdisait la pêche au commun des pêcheurs, a été acquise par Eric Bortot voilà une dizaine d’année. A ce moment là, ce qui est devenu le domaine de « la ronde de l’île » était à l’abandon et la rivière comme son bief était vraiment dans un triste état. Cinq années de travail en collaboration de Benoît Letort, formé à l’école des techniciens de rivières de la Maison de la Pêche et de l’Eau d’Ornans, ont été nécessaires pour redonner à ce lieu toute sa magie. Aujourd’hui, la rivière a retrouvé sa beauté et la végétation rivulaire abondante qui a été conservée apporte à la fois le cachet inégalable de ce petit paradis mais aussi et surtout des caches abondantes et un couvert végétal favorable à l’activité des truites de l’Ignon.
Non seulement le domaine de « la ronde de l’île » se compose d’un peu plus de 2 kilomètres de rivière que l’on peut pêcher sur une rive mais aussi d’une portion non moins sauvage d’une multitude de petits canaux et ruisseaux créés depuis de nombreuses années et ayant naturellement pris place dans le paysage. Ces derniers s’y intègrent totalement et couvrent l’intégralité de l’île de 7 hectares ceinturée par la rivière.

Un peuplement hors du commun

Ce qui peut surprendre le pêcheur habitué aux rivières de débit moyen comme l’Ignon, c’est la taille exceptionnelle de ses truites. En effet, la taille des belles truites sauvages de souche méditerranéenne qui peuplent ses eaux avoisine très couramment les 40 à 45 centimètres pour atteindre fréquemment 50, 60 voir 80 centimètres. Deux raisons principales peuvent expliquer ce phénomène. Tout d’abord, une forte croissance qui est sans aucun doute la conséquence de la richesse du milieu. En effet, de véritables tapis de larves de trichoptères envahissent les secteurs calmes, notamment ceux où la ripilsyve est dense en bordure. Les larves de Grande Perle foisonnent aussi sous les pierres et fournissent une nourriture riche aux truites de l’Ignon. La seconde raison est la relative préservation du milieu grâce à une pression de pêche réduite à sont minimum. Enfin, si vous ajoutez à cela une qualité exceptionnelle de l’eau et la proximité immédiate d’une source garantissant une température de 13 degrés toute l’année, vous comprendrez aisément pourquoi la densité en grosses et belles farios sauvages est si importante. L’eau très calcaire de l’Ignon y est évidemment pour quelque chose et offre en plus aux truites une robe magnifiquement tachetée de noire et barrée de splendides zébrures si bien marquées qu’elles feraient très certainement pâlir de jalousie leurs belles cousines Franc-comtoises.
En matière de peuplement, c’est un peu différent en ce qui concerne le labyrinthe de canaux et de ruisseaux qui s’étalent sur le domaine. On y trouve en effet de superbes truites arc-en-ciel et farios de souche atlantique qui ont été soigneusement sélectionnées puis déversées sur le domaine afin de rendre pêche accessible aux néophytes. La qualité de l’eau est elle aussi excellente et sa clarté magique n’a rien à envier au reste du parcours puisqu’on y trouve également quelques ombres communs qui commencent à conquérir eux aussi le domaine en même temps que l’Ignon.

Une pêche sur mesure

La pêche dans la rivière et dans l’ancien bief est très différente de celle qui peut être pratiquée dans les canaux disséminés sur l’ensemble du domaine.
Pour le parcours sur l’Ignon, le pêcheur devra s’adapter aux conditions rendues difficiles par la présence d’une végétation luxuriante sur l’intégralité des berges et par la méfiance naturelle de poissons exclusivement sauvages. Ainsi, l’approche, la précision et la qualité de votre pêche seront dépendantes de vos résultats comme sur n’importe laquelle des rivières françaises. Ce serait bien sûr vous mentir si j’écrivais que la pêche est facile, car malgré le peuplement tout à fait incroyable il faut tout de même un bon niveau technique pour pouvoir lancer sa mouche sans alerter le poisson convoité. D’ailleurs, ce qui complique un peu plus les choses, même si le wading est autorisé pour se poster ou pour épuiser un poisson, c’est l’interdiction de progresser dans l’eau pour pêcher. Ce choix, même s’il peut ne pas satisfaire tous les pêcheurs, est cependant indispensable pour pouvoir pêcher le parcours sans nuire aux autres pêcheurs.
Sur l’Ignon, comme sur toutes les rivières extrêmement limpides comme le Dessoubre, la Loue ou encore la Sorgue, la pêche est une question de discrétion et de patience. Donc, pas de précipitation si vous voulez tirer votre épingle du jeu et prendre quelques beaux spécimens de la rivière.
La pêche dans les canaux et ruisseaux qui couvrent le domaine est quand à elle assez différente du reste du parcours. Elle est en effet accessible aux pêcheurs de tous niveaux car le peuplement est essentiellement composé de truites arc-en-ciel et de truites fario d’origine atlantique qui ont été soigneusement choisies pour repeupler le domaine. Cette pêche de substitution est plus abordable pour le néophyte que sur la rivière ou son bief mais elle n’en reste pas moins intéressante et subtile en raison de la limpidité des eaux qui autorise non seulement toute les pêches habituelles que l’on peut pratiquer en rivière mais aussi la possibilité de s’initier à la pêche en nymphe à vue. Comme sur le parcours, les truites ont une taille moyenne assez élevée et Benoît Letort, qui connaît parfaitement les lieux, m’a même confié qu’une magnifique fario estimé à 80 centimètres avait élu domicile sous une souche.

Renseignements pratiques

Pour accéder à la pêche sur le domaine de « la Ronde de l’île », il est obligatoire de posséder une carte de pêche et d’avoir acquitté les taxes piscicoles donnant droit de pêche en rivière de première catégorie. Réglementation oblige du fait de son classement en eaux libres, la pêche est possible uniquement aux dates légales d’ouverture, soit du deuxième samedi de mars au troisième dimanche de septembre. Le domaine est exclusivement réservé à la pêche à la mouche et pour garantir la qualité de la pêche, le nombre des moucheurs à été limité à 5 par jour. Afin de préserver l’équilibre et la qualité du peuplement, la pêche se pratique en no-Kill sur la rivière et le bief. Cependant, si vous le voulez, vous avez toutefois la possibilité de prélever 2 truites arc-en-ciel sur le réseau de canaux et de ruisseaux qui couvrent le domaine. Dans tous les cas, vous devrez pêcher avec des hameçons sans ardillons - ou avec des ardillons écrasés - et utiliserez une épuisette à mailles fines afin de ne pas blesser les truites superbes que vous prendrez sur ce parcours. Car vous pouvez en effet raisonnablement espérer prendre plusieurs spécimens de 40 à 50 centimètres si vous avez un peu d’expérience sur ce type de rivière encombrée.
Si vous avez un peu de chance, vous pourrez assister comme moi à de magnifiques éclosions de grosses mouches de mai, Ephemera Danica, qui devraient vous faire vivre des moments inoubliables. Ces insectes, dont le corps peu atteindre 2 ou 3 centimètres, ont un vol caractéristique au-dessus de l’eau et déclenchent une véritable frénésie boulimique chez les truites. Les gobages deviennent alors de véritables « gamelles » et il est toujours impressionnant et émouvant de voir monter en surface des « mémères » de plus de 50 centimètres.
La pêche en nymphe se pratique à vue sur la plupart des courants, ou au fil dès que la profondeur devient importante. Un bas de ligne solide de 4 mètres 50 me paraît être bien approprié mais descendre en dessous de 12/00 en pointe me semble risqué sur le parcours de l’Ignon et sur le Bief tant les truites y sont puissantes et combatives.
Pour la pêche en nymphes, toutes les imitations d’ensemble marchent bien, surtout les Oreilles de Lièvre claires, les Pheasant Tail, les « bibi » et les imitations de larves de mouche de mai. Dans tous les cas, Eric Bortot vous conseillera judicieusement sur les mouches qui « marchent » sur le domaine.

Voici donc une destination à ne pas manquer sur un parcours authentique qui ne pourra que vous laisser de magnifiques souvenirs ..... et l’envie d’y revenir.

Plus de renseignements :

La ronde de l’île - 21230 DIENAY
Tél : 06.07.60.70.75
Plan d’accès et réglement sur le site Internet www.larondedelile.com

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com