Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche au vairon mort manié  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche au vairon mort manié"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
« Drachko », la référence.
Publié en ligne le mardi 3 juillet 2007
 




Si tous les pêcheurs de carnassiers sont convaincus de l’efficacité des montures à plombée articulée en tête de type « drachkovitch », en revanche, peu de spécialistes de la truite l’utilisent. Elle se montre pourtant particulièrement à l’aise dans de nombreuses situations et s’adapte à merveille lors de la prospection d’une grande variété de postes.

Texte, dessin et photographies Christophe Bouet

 

Peu utilisées par les pêcheurs de truite au vairon mort manié, les montures à plombée articulée en tête se révèlent pourtant être des outils précieux dans la recherche de notre belle mouchetée.
Je ne répèterais jamais assez que pour pêcher efficacement au vairon mort manié, il est absolument nécessaire de s’adapter aux conditions de pêche que l’on rencontre et il est utopique de penser qu’une monture puisse répondre à tous les besoins que l’on rencontrera sur une saison de pêche ou même sur l’intégralité d’un parcours au sein d’une même rivière. Ainsi, même si le choix des montures à vairon manié est grand, chacune d’elles "nagent" et s’utilisent de façon spécifique et c’est pourquoi il est nécessaire de les animer de manière cohérente afin de pêcher efficacement si l’on veut mettre quelques belles truites à l’épuisette.
Ainsi, les montures à plombée articulée en tête se révèlent particulièrement efficaces dans bien des situations.

La référence

Cette famille de monture particulière pour le pêcheur de truite se caractérise par une plombée qui est articulée en tête du poissonnet. C’est d’ailleurs là son principal attrait puisqu’il confère au vairon une nage très attrayante que l’on pourra toutefois modifier légèrement en adaptant le poids de cette plombée.
La plus connue de cette famille de monture est la célèbre monture qui porte le nom de celui qui l’a vulgarisée et fait connaître au grand public : la monture DRACHKOVITCH. Appelée communément monture « Drachko », elle est la plus connue des montures à plombée articulée en tête. On peut d’ailleurs considérer que c’est la seule vraiment représentative de cette famille, car les autres montures comme la DIANE, la H2O ou bien encore L’ONDINE, n’apportent pas véritablement d’amélioration significative dans la technique ou bien dans l’utilisation de cette monture.

La monture

L’un des avantages non négligeables de la « Drachko » se trouve également dans l’installation du poisson appât sur la monture qui est assez simple et ne nécessite aucun matériel supplémentaire. En effet, pas besoin d’avoir une aiguille à locher comme pour la majorité des montures à plombée interne ni besoin de complexes manipulations comme les montures casquées. C’est peut être aussi l’une des raisons pour laquelle la « Drachko » a conquis énormément de pêcheurs de carnassiers et qu’elle s’est imposée comme la monture de base pour le traqueur de sandres ou de brochets.
En fait, après avoir choisie une monture adaptée à la taille du poissonnet utilisé, il suffit d’enfoncer complètement la tige métallique à l’intérieur de la bouche du vairon jusqu’à la boucle de tête et de planter un hameçon triple de chaque côté des flancs du vairon. Le fil de laiton vient ensuite lui museler la gueule et permet ainsi son maintien. Lors de l’enroulement du fil de cuivre, il est toutefois important de bien obstruer la cavité buccale du poissonnet car si l’eau venait à s’engouffrer dans celle-ci lors des à coups de l’animation, elle déchirerait très rapidement le vairon et le rendrait inopérant.
Lors du placement des hameçons sur les flancs du vairon, vous veillez à ne pas cintrer le poissonnet en tirant trop sur le nylon, cela provoquerait un déséquilibre dans l’animation du vairon et les effets ne seront pas forcément ceux escomptés.
Certains pêcheurs conseillent de placer les empiles des hameçons sous l’enroulement du fil de cuivre et d’autres sur le dessus. Pour être honnête, je n’ai jamais vraiment constaté de réelles différences entre les deux façons de faire en ce qui concerne la pêche de la truite et les avantages avancés par les uns ou par les autres me paraissent assez futils. Je vous laisse donc maître de votre choix en ce domaine.

L’action de pêche

Ce type de monture à poisson mort s’adresse à des rivières particulièrement puissantes, généralement plutôt larges, mais aussi aux petites retenues d’eaux sur les rivières de taille plus modeste. Ce sont, en règle générale, des cours d’eaux assez profonds, de 1 à 2 mètres 50 en moyenne où les postes sont peu marqués. Dans ce type de rivière assez difficile à "lire", la monture DRACHKOVITCH permet une exploitation minutieuse de la totalité de l’étendue d’eau.
Le gros avantage vient du fait de la plombée interchangeable très rapidement car une paire de pince suffit à retirer la chevrotine fendue qui sert de lestage et de la remplacer par une autre de poids différent. Cette adaptation dans le poids de la monture va permettre de l’adapter facilement à la profondeur de manière à la faire évoluer juste au-dessus du fond. Car sa vocation est bien de travailler très près du fond, excluant ainsi les prospections rapides entre deux eaux des grands courants, comme on pourrait le faire avec une monture nageuse (Godille, Donzette) ou une monture à plombée interne (Plasseraud, Clou) par exemple.
La pêche se pratique en lançant 1/4 aval, puis en ramenant travers/amont en laissant le vairon effectuer une grande boucle bien large qui va traverser la rivière d’un bord à l’autre. En se déplaçant d’un ou deux mètres vers l’aval à chaque lancer, on peut prospecter très consciencieusement la rivière ce qui offre la possibilité de visiter le maximum de postes.
L’animation doit être tremblotante avec de fréquent et bref "coup de scion" afin de faire virevolter, comme s’il dansait, le vairon dans le courant, juste au-dessus des pierres du fond.
On peut aussi utiliser la « Drachko » en la dandinant un peu comme on pourrait le faire avec une monture à plombée fixe en tête (Casque, Bohémienne) tout en conservant toutefois une nage plus souple, fluide et naturelle que ces dernières.
La touche se traduit soit par un arrêt net ou une sensation d’accrochage à fond, soit par une glissade du fil juste après un relâché. L’utilisation d’un nylon fluorescent est évidemment un atout qu’il n’est plus la peine de rappeler tant l’aide visuelle qu’il apporte est précieuse et indispensable pour détecter la moindre touche.

Un matériel approprié

Ceux qui n’aiment généralement pas ce type de monture au profit des montures plus planantes comme les montures à plombée interne par exemple, évoquent souvent le nombre d’accrochage important sur le fond que l’on peut avoir avec cette monture. Et bien ce n’est pas tout exact même si la monture Drachkovitch doit effectivement travailler au ras du fond pour être vraiment opérante. En fait, pour éviter ce type de désagrément qui je le conçois peut décourager certain pêcheur, il faut simplement un peu de technique et un matériel va permettre de manier efficacement ce genre de monture. En effet, si toutefois vous rencontrez un obstacle lors de la dérive de la monture, la ligne va se détendre et vous percevrez alors très nettement cette rupture de dérive. Il suffit souvent de donner juste un tout petit coup de poignet et votre monture va culbuter par-dessus l’obstacle sans s’y accrocher. Toutefois, comme je l’évoquais tout à l’heure, pour arriver à réaliser avec succès ce type de manœuvre le matériel a sa part à jouer. C’est là qu’une canne longue est à mon sens indispensable. L’idéal étant d’avoir une canne de 3 mètres à 3 mètres 40 avec une action de pointe très prononcée pour garder un contact constant avec la monture. Le contrôle de la dérive est bien sûr grandement facilité par ce genre de canne qui, je ne vous le cache pas ne sont pas sans rappeler les cannes employées pour la pêche du sandre au poisson mort manié.
Ainsi, vous n’aurez plus la sensation « d’accrocher » plus qu’avec une autre monture et vous verrez que la Drachko n’est pas si mal que cela.
Pour le moulinet, choisissez le à bobine large et de bonne facture. Veillez simplement qu’il possède un frein de bonne qualité et progressif, ce qui est le cas généralement sur les moulinets de bonne marque dès le milieu de gamme, et surtout une vitesse de récupération assez rapide, comprise entre 60 et 70 cm par tour de manivelle. En ce qui me concerne, j’utilise un nylon fluorescent (jaune mat ou orange) en 20/°° relié à un bas de ligne en nylon transparent de 18/°° par deux nœuds de cuiller, sans émerillon. Le bas de ligne, que je juge nécessaire dès que les eaux commencent à retrouver leur clarté après le début de saison, est d’une longueur équivalente à la profondeur moyenne de la rivière pêchée mais n’excédera jamais un mètre de longueur.
Comme pour toutes les montures au vairon mort manié, il est préférable d’utiliser des vairons frais sacrifiés juste avant leur installation sur la monture.

La Drachko est une monture étrangement « boudée » par les pêcheurs de truite alors qu’elle a fait sa réputation qui n’est plus à démentir auprès des pêcheurs de carnassiers. Pourtant facile à utiliser et même à fabriquer, cette monture pourra très certainement répondre à vos besoins et saura faire « craquer » bon nombre de belles farios. Ainsi, même si la monture "passe partout" n’existe évidemment pas, la monture Drachkovitch, grâce à sa plombée très facile à adapter en fonction des conditions que vous allez rencontrer, pourra s’adapter au mieux à votre pêche. Alors n’hésitez surtout à changer, à chaque fois que cela sera nécessaire, le poids de la chevrotine de tête au cours de votre partie de pêche : c’est à ce prix que les truites vous sembleront probablement plus coopératives !
Car si la Drachko n’est pas une monture miracle, on ne pourra jamais lui reprocher d’être vraiment inadaptée là où l’on souhaite pêcher ... Et c’est peut être là un de ses atouts majeurs !

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com