Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche à la mouche  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche à la mouche"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos partenaires
Nos coups de cœur
 
Bien choisir son matériel
Publié en ligne le dimanche 3 février 2008
 




Tous les pêcheurs qui débutent dans la technique de la pêche à la mouche peuvent se poser légitimement des questions quant au matériel à choisir.
La canne, le moulinet ou bien la soie sont bien évidemment au coeur du dilemme car leur choix ne doit pas être uniquement dicté par le hasard ou l’attrait d’une publicité aguichante.
Petit tour d’horizon pour bien s’équiper.

Texte et photos Christophe Bouet

 

Comme dans bien d’autre technique de pêche de notre belle mouchetée, la canne est un des éléments moteur de l’équipement du pêcheur à la mouche. Elle doit bien évidemment lancer correctement une mouche là où on le désire mais aussi et surtout être capable de ferrer efficacement un poisson et de le combattre sans mal. Enfin, elle doit se faire oublier en action de pêche grâce à son confort d’utilisation et de préhension. Vous aurez donc compris qu’une canne à mouche est avant tout un outil pour pêcher et non un engin à lancer, évidence parfois oubliée par des vendeurs qui basent essentiellement leur conseil sur des critères de performances plutôt que sur les réelles qualités de pêche d’une canne.
Ainsi, le choix d’un modèle s’articule autour de trois critères : La longueur, la puissance et l’action.

Une canne adaptée à ses besoins

La longueur d’une canne à mouche est depuis toujours exprimée en pieds, unité de mesure anglo-saxonne qui correspond à 33 cm pour 1 pied. Généralement, les longueurs de cannes couramment employées oscillent entre 7 et 11 pieds pour la pêche de la truite, soit entre 2 mètres 30 et 3 mètres 60. Les cannes les plus courtes s’emploient habituellement dans les petits ruisseaux où la végétation rivulaire est assez dense alors que les plus longues s’utilisent en grande rivière ou en eaux assez rapides.
Le débutant doit éviter ces extrêmes destinés à des techniques spécifiques et s’orienter plutôt vers une longueur moyenne de 9’ (9 pieds - environ 3 mètres) qui facilite à mon avis grandement le lancer et peut s’employer dans la plupart des circonstances. Ce sont donc des cannes particulièrement polyvalentes et agréables à manipuler si elles sont de bonnes factures.
La puissance d’une canne à mouche correspond au poids de la soie qu’elle est capable de propulser. Cette puissance est exprimée par des chiffres qui correspondent à une codification internationale (normes AFTMA) qui se base sur le poids des 9 premiers mètres de la soie. Habituellement, cette puissance est indiquée directement sur le premier élément de la canne, juste après la poignée. En ce qui concerne la truite, se sont les puissances 4 ou 5 qui sont les plus communément employées et qui correspondent aux poids de mouches que l’on doit généralement lancer.
Pour bien débuter et sentir plus aisément le travail de la canne, je conseille de choisir une canne supportant une soie n°5 qui correspond à une bonne moyenne. Toutefois, si la canne que vous avez choisie laisse le choix entre deux numéros de soie, comme 4/5 ou 5/6 par exemple, choisissez le numéro de soie supérieur (5 pour 4/5 et 6 pour 5/6) afin de mieux « armer » le nerf de la canne et faciliter les lancers du débutant.
En ce qui concerne l’action de la canne, c’est la façon dont elle va se comporter lors du lancer et de la bagarre avec le poisson. C’est en fait la « courbure » et l’endroit où elle se produit qui conditionnera le type d’action d’une canne. Ainsi, on peut définir trois types d’action : L’action parabolique (lente), l’action progressive (semi rapide) et l’action de pointe (rapide). Une canne parabolique va travailler sur l’ensemble de sa longueur alors qu’une canne d’action progressive n’aura que la moitié supérieure de la canne qui entrera en mouvement. Enfin, sur une canne d’action de pointe, seule l’extrémité du scion va agir et travailler. Le choix d’une canne d’action progressive est à mon sens le plus adapté pour les débuts du pêcheur à la mouche car leur réserve de puissance leur pomme pour le pêcheur aux appâts naturels, le moulinet n’est pas aussi important pour les moucheurs que pour le pêcheur au lancer. Toutefois, cette pièce de l’équipement est bien plus qu’une simple réserve de fil car il doit jouer un rôle important dans l’équilibrage de la canne, dans le bon stockage de la soie sur la bobine mais aussi dans le travail effectué lors d’une prise. Le moulinet se doit donc d’être particulièrement léger afin d’équilibrer au mieux sa canne, surtout quand il s’agit de fin fleuret de carbone. La plupart des moulinets sont construits en alliage d’aluminium (particulièrement élégant mais cher) ou en matière composite (meilleur marché mais tout aussi solide et durable). Ces derniers doivent être capable de contenir la soie ainsi que son backing, c’est-à-dire une réserve de fil supplémentaire d’une bonne vingtaine de mètres. Les modèles dit "Large Arbor" possédant un moyeu central surdimensionné sont à privilégier car il permettre à la soie de ne pas trop conserver la mémoire d’un enroulement trop serré comme sur un petit moyeu. Enfin, un moulinet pour la pêche à la mouche doit être un outil fiable, tourner avec douceur et posséder un frein de qualité. Celui-ci joue un rôle important lors d’une bagarre car il est plus sage de travailler un poisson directement avec le frein du moulinet qu’avec la main en tirant sur la soie comme je le voie malheureusement trop souvent. Sur le marché, on trouve principalement deux conceptions de moulinet : Le manuel qui est le plus utilisé et certainement le plus fiable compte tenu de sa simplicité de conception et le semi-automatique qui récupère la soie grâce à un levier. Leurs qualités sont assez semblables et le choix est surtout une affaire de goût et de budget.
Dans tous les cas, prenez soin de cette mécanique de précision et évitez surtout de la poser dans le sable lorsque, par exemple, vous changez de mouche.

La ligne

Après avoir fait l’investissement d’une canne puis d’un moulinet adapté à cette dernière, reste à choisir la ligne à mouche. Sa forte inertie va mettre en action le ressort de la canne et permettre de lancer une mouche à distance. Une soie synthétique aura votre préférence plutôt qu’une soie naturelle, réservée à des pêches bien spécifiques et qui surtout demande un entretien rigoureux. Si vous êtes débutant, prenez plutôt une ligne n° 5 ou une n°6 en fonction de l’indication de puissance indiquée sur votre canne.
En ce qui concerne sa densité, choisissez une soie flottante (codée F) qui couvrira la majorité de vos besoins en rivière. Une soie plongeant (codée S) ou intermédiaire (codée I) sera à réserver pour des conditions de pêche que vous rencontrerez moins fréquemment. Reste ensuite le problème du profil qui peut être soit un double fuseau (appelé Double Taper ou DT) soit un fuseau décalé (appelé Weight Forward ou WF). Le double fuseau possède un diamètre qui décroît régulièrement sur une pointe assez longue depuis le corps de la soie milieu jusqu’à chaque extrémité. C’est une soie qui est utilisé habituellement pour des cannes d’action douce et pour des pêches à moyenne distance. Elle permet des posers doux et discrets et présente l’avantage de pouvoir être retournée quand un des fuseaux est usé puisque son profil est identique depuis son milieu jusqu’à chaque extrémité. La soie à fuseau décalé possède quant à elle un fuseau décentré sur l’avant de la ligne : grâce à ce poids, la canne est rapidement mise en action, mais les posers sont un peu moins délicats qu’avec une soie à double fuseau Ce type de ligne favorise les lancers à courte distance car elle met très rapidement la canne en action mais favorise aussi les lancers à grande distance.
Il y a des avantages et des inconvénients dans chaque catégorie, alors double fuseau (DT) ou fuseau décalé (WF) ?
Personnellement, je conseille aux néophytes d’utiliser une soie décentrée dont le profil, très bien adapté aux actions des cannes modernes (progressive et rapide), permet de progresser plus rapidement au niveau des lancers. Enfin, n’ayez pas peur d’utiliser une ligne de couleur bien voyante comme le orange, le jaune ou le blanc, vous pourrez ainsi mieux la suivre pendant le lancer.

Vous avez maintenant à la suite de ce petit article, une vision globale de l’équipement de base si vous voulez débuter dans cette technique de pêche pleine de finesse et de subtilité. Je ne saurais que vous donner un dernier conseil, celui de vous faire aider dans votre choix par un ami moucheur, les membres d’un club de pêche à la mouche ou bien sûr à un détaillant spécialisé qui connaît bien cette technique, ce qui n’est pas toujours le cas. Expliquez bien le type de pêche à la mouche que vous souhaitez pratiquer, indiquez le genre de rivières que vous fréquenterez le plus régulièrement et précisez bien sûr le budget dont vous disposez. Ce sont des éléments essentiels qui aideront vos conseillers pour comprendre vos besoins.
Profitez également des salons halieutiques ou autres foires de la pêche pour prendre en main des cannes différentes et les essayer. Car même si vous n’êtes pas un "pro" du lancer, vous pourrez ainsi comparer et trouver ainsi le matériel qui vous convient le mieux et vous permettra de progresser rapidement.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com