Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux appâts naturels  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux appâts naturels"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Faut-il vraiment pêcher tous les postes ?
Publié en ligne le vendredi 4 janvier 2008
 





En arrivant sur une rivière, on a souvent tendance à prospecter tous les postes.
Or, avec un petit peu d’observation, on peut choisir d’en négliger certains pour couvrir plus de terrain.

Texte : Marc Delacoste
Photos : Christophe Bouet et Jérôme Aussanaire

 

Prospecter de façon systématique tous les postes d’une rivière à truite peut sembler le meilleur moyen de présenter son appât à tous les poissons en activité. Mais cela prend un certain temps, pour ne pas dire un temps certain...
A la fin de la journée, on se rend compte que le secteur pêché n’est pas si long que ça...
Que se serait-il passé si on avait eu le temps de monter jusqu’à cette partie plus rapide 200 m plus haut ?
Un bon type de prospection permet d’éviter ce genre de regrets. On sait que ce diable de poisson a une palette de comportements étonnante. Une rivière déserte depuis deux heures peut subitement, à la faveur d’une de ces fabuleuses sorties de masse, regorger de truites en poste. Vous vous voyez déjà faire la pêche de l’année !
Un quart d’heure plus tard, tout est fini, les truites sont rentrées...

Un autre jour, vous capturez quelques belles truites uniquement dans les calmes, derrière les gros blocs. Pourtant, la veille, c’était dans les petits courants de bordure qu’il fallait les chercher. De telles situations, vous en avez certainement vécu. Même si l’on n’en connaît pas les raisons, on peut, et on doit, en tirer des enseignements.
Le jour où les truites sont postées dans des tenues très spécifiques, il est inutile, et même pénalisant, de chercher à prospecter tous les postes. Mieux vaut identifier le type de poste productif, et ne pêcher que celui-là ou presque. Puisque les autres ne rapportent quasiment rien, autant ne pas s’attarder inutilement ! Un coup de ligne donné de temps en temps vous permettra juste de vérifier que les truites n’ont pas subitement changé de comportement, et donc de tenue. Voila donc un cas où le type de prospection - entre un pêcheur explorant les postes de façon extensive, c’est-à-dire couvrant du terrain à la recherche de postes spécifiques, et un autre pêchant intensivement tous les postes - va faire toute la différence. Le bilan sera sans doute une belle pêche d’un côté et quelques regrets de l’autre...

Adoptez le bon comportement

L’observation nous apprend que les truites ne sont postées que devant les cailloux, les autres postes n’abritent que des truitelles. Le pêcheur prospectant de manière extensive en ne pêchant que le devant des cailloux pêchera peu de poste sur la rivière. Le pêcheur prospectant de façon intensive quant à lui les pêchera tous. On peut parier que le premier, couvrant du terrain et une plus forte proportion de postes porteurs ce jour-là, aura un panier plus lourd que le second.
Lorsque les truites sont visiblement postées "au hasard" (c’est-à-dire sans poste privilégié), aucun poste ne présente plus de probabilité de capture que les autres. Une prospection intensive s’impose. On est ainsi certain de présenter son appât à toutes les truites actives.

Utilisez la bonne stratégie

Imaginez une sortie massive de truites !
Même en dehors de ce cas d’école, bien réfléchir au type de prospection peut s’avérer décisif Imaginez une sortie massive de truites. Tous les postes ou presque sont occupés.
Dans ce cas-là, pas la peine de réfléchir, une prospection systématique s’impose. Il est même inutile d’insister sur un poste : s’il ne donne rien aux deux premiers coups de ligne, passez rapidement au suivant. Car il y en fort à parier que cette sortie de truites ne durera pas longtemps. Profitez en donc vite !

Autres circonstances : quelques truites sont actives et postées de loin en loin. Vous avez alors deux possibilités. D’abord, les truites peuvent être placées "au hasard", c’est à-dire sans qu’un type de poste n’en abrite plus que les autres. Chaque poste ayant a priori la même probabilité d’accueillir une truite, autant pêcher toutes les truites cavées et au repos. Il n’y a aucune raison qu’un poste soit plus productif qu’un autre, autant donc les pêcher tous et attendre patiemment une période d’activité. Lorsque celle-ci se produira, vous pourrez savoir si les postes semblent choisis de façon systématique ou si, au contraire, les truites sont postées "au hasard".

Mais face à une rivière déserte, on peut également miser sur une autre stratégie, celle d’une prospection plus extensive. Car deux secteurs proches et a priori semblables peuvent se présenter différemment : l’un est désert, l’autre abrite quelques truites actives. Tel secteur, par exemple, ne sera favorable qu’avec des débits importants, alors que pour tel autre, il faudra attendre l’étiage. Ces variations s’expliquent parfois par des détails visibles à l’oeil nu (pente plus ou moins marquée, quantité de blocs rocheux, etc.) mais on peut aussi observer des différences de comportement bien plus fines. Quelques rayons de soleil, par exemple, peuvent mettre en activité tout un groupe d’insectes sur quelques dizaines de mètres, période d’activité qui va déclencher celle des truites. C’est ce qui explique que l’on doit n’en négliger aucun. On est ainsi certain de ne pas passer à côté d’un poste occupé. Si, au contraire, vous vous apercevez que les truites sont placées de façon spécifique, le genre de poste qu’elles auront choisi ce jour-là aura une probabilité bien plus forte de réussite. Il faudra donc privilégier la pêche de ces postes porteurs et ne perdre son temps sur des postes vides.

Dernier cas de figure, le pire, celui de la rivière déserte. Celui où l’on peut avoir plusieurs truites en activité sur une vingtaine de mètres, alors que les 150 mètres en aval et en amont sont calmes. Et ce n’est pas une question de sorties différées dans le temps, puisqu’on peut constater ce phénomène en pêchant à plusieurs. Il peut donc être payant de choisir une prospection extensive qui permet de couvrir du terrain en ne pêchant qu’une partie des postes. On a ainsi toutes les chances d’arriver dans un secteur où quelques truites sont sorties. Et dès que le premier poisson est pris, il est temps de se remettre à une prospection systématique en pêchant tous les postes. S’il y a trois ou quatre truites postées sur ces trente mètres, autant ne pas passer à côté ! Quitte ensuite à reprendre une prospection plus choisie si les touches ne viennent pas, ou si elles se sont trop espacées.

Certains jours, le type de prospection que vous choisirez, loin d’être anodin, pourra faire la différence entre un panier pointu et une pêche honnête.
Parfois, c’est en alternant prospection intensive et extensive que l’on parvient à comprendre ce qui se passe. Car, malgré tout, ce sont toujours les truites qui décident...

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com