Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux appâts naturels  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux appâts naturels"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Les techniques de pêches aux appâts naturels en 2ème catégorie
Publié en ligne le samedi 1er octobre 2011
 

Les aspirations des pêcheurs de truites diffèrent. Les uns recherchent les truites portions d’élevages bien plus faciles à capturer.
D’autres, sont passionnés par les gros poissons des majestueuses grandes rivières.
Il y a aussi ceux qui recherchent la pêche sportive des ruisseaux et torrents endiablés, coulant de cascades en cascades dans une nature encore relativement épargnée. Oui, la pêche de la truite n’est pas uniquement la pêche des grandes plages où l’on envoie beaucoup de nylon. C’est aussi, une pêche sous la canne dans des endroits embroussaillés. C’est encore une pêche courte quand elle se justifie. C’est tout un ensemble et cette diversité, qu’elle est belle !

Texte Alphonse Arias
Photos Alphonse Arias et Christophe BOUET

 

Les partisans des torrents et petits cours d’eau aiment traquer les truites racées, élégantes et savoureuses. Certains recherchent la qualité de l’environnement et la qualité des truites. Ils se rapprochent pour cela de la montagne. Ce sont généralement des sportifs, des passionnés de nature et de randonnées halieutiques.
Comme je les comprends !
Pendant la fermeture des eaux de la 1ère catégorie, les pêcheurs peuvent pratiquer leurs techniques dans la 2ème catégorie. Les truites rencontrées dans ces endroits-là, ne sont pas, généralement, aussi rustiques qu’en amont... Voici mes idées sur cette pêche au toc...

Des techniques de prédilection

La pêche au toc classique et la pêche à la mouche peuvent ne pas être, à mon avis, les meilleures techniques pour capturer les truites qui peuplent la 2ème catégorie. On peut y rencontrer des arcs-en-ciel, des truites portions, des truites issues de piscicultures mais déversées entre dix et quinze cm, et de plus en plus rarement des « vraies ». Du moins dans les Pyrénées !
Les pêcheurs désireux de prendre des truites portions le plus rapidement et le plus facilement possible ont intérêt à utiliser le lancer léger (multiples leurres dont cuillers de différentes couleurs, cuillers vaironnées ou le vairon manié).

Une pêche au toc bien spéciale

Si elle est moins productive que les techniques précitées, surtout en début de pêche, la pêche au toc peut être plus complète et satisfaire le pêcheur dans le temps. Et puis, il y a les pêcheurs qui ne souhaitent pratiquer, contre vents et marées, que la technique dite du toc...
Le début de la partie de pêche ressemble à une pêche au lancer plutôt qu’à une pêche au toc proprement dite.
Il ne sert à rien dans un premier temps de finasser, d’utiliser des bas de lignes très fins, des hameçons tout petits et discrets. Ne vous compliquez pas la vie ! Ayez donc un montage simple, solide et pratique.
En ce qui appâts, il ne faut pas détailler. Croyez-moi, faites simple. Pour les vers , utilisez les « dendros » d’environ 8 cm et le ver à tête noire et queue plate. On les enfilera par la tête puis on leur fera épouser la forme de l’hameçon en les faisant ressortir à hauteur de l’ardillon. On coupera la queue du ver à 1 cm de l’hameçon.
Pour les teignes vendues dans des copeaux, elles sont en principe bien dodues à souhait. Deux teignes seront eschées tête à tête. La première enfilée complètement et trahissant la forme de l’hameçon, la deuxième sortant à hauteur de l’ardillon et laissant pendre environ 1 cm de queue. Une fois que les truites auront été agacées, piquées, décrochées, on pourra utiliser une seule teigne, éventuellement avec un hameçon n°10.
Le panachage ver + teigne peut également s’avérer intéressant.

Postes à prospecter

Rechercher ces truites dans les postes abrités de tous courants violents. Elles se trouvent, généralement, surtout l’automne et l’hiver, par instinct, dans les plages assez molles, les bordures calmes, les gouffres sages et l’aval immédiat des rochers ou galets.

Le matériel

La canne à utiliser sera de préférence à anneaux extérieurs, légèrement souple et d’environ 4 m. Elle sera équipée d’un moulinet à lancer doté d’une centaine de mètres de nylon fluo de 0,25 de diamètre.

L’action de pêche

Lancez vers l’aval et prospectez tout d’abord les veines d’eaux proches en ramenant assez lentement en travers votre bas de ligne à l’aide du moulinet. L’hameçon spécial bombette, l’eschage tel qu’indiqué plus haut et l’action de pêche en remontant le courant, feront tourner votre appât comme une cuiller. C’est ce qu’il faut pour ces truites-là.
Tant qu’il n’y a pas de touche (elles sont généralement très franches chez les poissons récemment introduits), vous devez à chaque lancer prospecter des veines différentes. Vous utiliserez, en guise de plombée, une olivette qui arrivera en butée sur l’émerillon séparant la ligne du bas de ligne. Son poids est une question de bon sens. Si les eaux sont très calmes, 2 à 3 gr suffisent. Si les eaux sont plus rapides et profondes, 5 à 10 gr peuvent être nécessaires.
La longueur du bas de ligne sera entre 30 et 40 cm. Le témoin, sera un bout de laine rouge qui doit se situer à fleur d’eau. Elle remplace le traditionnel guide-fil à utiliser, bien sûr, pour la pêche des autres truites. Elle servira aussi, quelque part, à vous donner la position de certaines truites qui viendront, soit mordre, soit suivre cette laine. Cette technique apparentée à la pêche au lancer permet de couvrir rapidement beaucoup de terrain et de prendre les truites les plus actives et les plus agressives qui mordront ces appâts naturels transformés en leurres tournants.
Une fois le calme revenu, lorsque les truites ne réagissent plus, n’hésitez pas, changez de technique.

Technique suivante

Remplacez l’olivette allongée par une olive ou une bille de 8 à 15 gr selon l’importance du courant.
Même bas de ligne, même hameçon, même eschage. Vous devez pêcher avec, de préférence, une canne plus longue (6 à 7 m), à soutenir, à caler près des obstacles, bordures, rochers, galets, herbiers....
Vous pratiquerez une pêche sous la canne ou presque pour des poissons moins actifs et qui se déplacent très peu. Il faut donc les tenter sur place. Vous pouvez animer lentement votre appât en soulevant le bas de ligne puis en faisant reposer votre olive sur le fond. Faites également remonter très lentement votre olive très près du fond et à contrecourant. A partir de 1 m de profondeur et surtout si le courant est assez mou, la longueur du bas de ligne pourra être porté à 60 cm. L’appât, moins bridé, sera ainsi plus attractif et mettra plus de temps pour arriver au fond.

Technique dite « finale »

Dès que les truites ne réagissent plus à la technique ci-dessus, procédez à un toc lourd. Le bas de ligne sera lesté avec des plombs n°1 ou 2 permettant toutefois à l’appât d’être emporté assez lentement par le courant. Bien sûr, vous aurez auparavant enlevé votre olive.
Tout étant relatif, même dans la pêche des truites de la 2ème catégorie, en cas d’échec, revenez au commencement et utilisez l’olivette et la pêche à « tirer » en remontant le courant en travers.
La première technique peut devenir la dernière. Même avec ces poissons-là et comme avec les autres, n’insistez jamais avec quelque chose qui ne marche pas !

Au besoin, n’oubliez pas de pratiquer un toc classique avec une plombée normale...

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com