Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche au vairon mort manié  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche au vairon mort manié"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
La Saugette
Publié en ligne le jeudi 3 février 2011
 



Excellent pêcheur au vairon mort manié, Jean-Benoît nous fait le plaisir aujourd’hui de nous parler de la monture à vairon qu’il utilise.
Inspiré par l’un des maître de cette technique, il a développer la monture Lardy pour la transformer à son goût.
Dans cet article, il partage avec vous la fabrication de sa monture qu’il a baptisé "La Saugette"

Texte et photographies Jean-Benoît Lambert

 

Avant tout, il convient de préciser que la monture dont je vais vous présenter la fabrication est en très grande partie inspirée de la Monture Lardy.
Mise au point par Jean-Jacques LARDY, guide de pêche Auvergnat disparu précocement, la Mmonture Lardy était la première monture à vairon entièrement modulable et ne nécessitant pas d’outil (telle qu’une aiguille à locher) pour y installer un vairon. « La Saugette » en reprend ce principe mais avec une modification d’importance au niveau du passage de la tresse à travers la tige striée permettant d’améliorer encore le comportement de la monture et le maintien du vairon.

Fourniture

Le matériel nécessaire à la réalisation de « La Saugette » comprend :
-  de la tresse (type dacron pour bas de ligne à carpe)
-  de tiges striées de 1,7 g
-  de triples n°14 et 16
-  d’un morceau de gaine électrique
-  de fil de laiton
-  de chevrotines de 2 g minimum
-  d’une pince à bec

Temps de montage : 10-15 min par monture.

Etape 1


Couper un morceau de tresse d’une vingtaine de centimètre de long en ayant pris soin de cautériser l’extrémité de la tresse à la flamme pour faciliter son passage et la faire passer du trou axial vers le haut du trou vertical de la monture.
Si le passage s’avère difficile (en raison du manque de rigidité de la tresse notamment), j’utilise un morceau de corde à piano pour pousser la tresse.
Couper un morceau de tresse d’une vingtaine de centimètre de long en ayant pris soin de cautériser l’extrémité de la tresse à la flamme pour faciliter son passage et la faire passer du trou axial vers le haut du trou vertical de la monture.
Si le passage s’avère difficile (en raison du manque de rigidité de la tresse notamment), j’utilise un morceau de corde à piano pour pousser la tresse.

Etape 2

Initialement, Jean-Jacques LARDY, se contentait de laisser la tresse circuler librement dans la tige et c’est la chevrotine qui venait verrouiller le triple de tête en étant pincée directement contre la tête plate de la tige (de manière à empêcher le vairon de bouger).
Personnellement, et c’est là la différence majeure entre la monture Lardy et « La Saugette », je fais une sorte de nœud coulant à la tresse autour de la tige striée de manière permettre le placement de la chevrotine un peu plus haut sur la tresse. Ainsi, tout en permettant un maintien optimum du vairon puisque le point d’applica¬tion de la force de traction se situe directement sur la tige et non sur le triple de tête, j’obtiens une nage encore plus saccadée, le vairon étant tantôt entraîné par le poids de la chevrotine tantôt par la tige striée. On obtient donc une nage plus chaotique de la monture tout en conservant le caractère réglable de la longueur de l’empile.
Pour ce faire, avec le brin libre faire un demi-tour autour de la tige pour ensuite faire passer la tresse à travers le trou vertical.

L’astuce pour que la tresse ne coulisse absolument pas lorsqu’on exerce une traction sur la monture, est de faire passer le brin libre à l’intérieur de la demi-boucle formée précédemment et la faire res¬sortir côté strié. En action de pêche, lorsque l’on voudra modifier la longueur de l’empile, il suffira de desserrer délicatement le nœud coulant pour retrouver de la mobilité et une fois la longueur adaptée resserrer le nœud.

Etape 3

Ensuite, enfiler dans cet ordre : un morceau de gaine électrique de longueur équivalente à la hampe du triple de tête, un triple n°14 en passant la tresse deux fois dans l’oeillet et terminer en nouant à l’extrémité un triple n°16.

Etape 4

Descendre ensuite la gaine électrique sur la hampe du triple de tête et faire une boucle sur l’autre extrémité de la tresse. Elle servira à fixer la monture directement au bas de ligne.

Etape 5

Terminer la monture en fixant un fil de laiton d’une bonne dizaine de centimètre (qui servira à main¬tenir le triple sur la tête du vairon) et pincer la chevrotine sur la tresse.
On peut également parfaire la monture en ajoutant un petit morceau de silicone à l’extrémité de la tige striée pour limiter la perforation du ventre du vairon après de multiples lancers mais ce n’est pas indispensable.
« La Saugette » est maintenant prête à être utilisée. _ Bonne pêche.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com