Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux appâts naturels  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux appâts naturels"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Prospecter les postes délaissés
Publié en ligne le mardi 1er septembre 2009
 

Pour dénicher les postes les plus productifs, il convient de " sortir des sentiers battus " et de ne plus se cantonner aux tenues basiques de dame fario. Il devient alors nécessaire de prospecter autre chose que les classiques blocs rocheux, arbres couchés, ou bien encore les traditionnelles chutes d’eau " archis pêchées " à longueur de d’année. Il existe pourtant des postes plus discret, moins " tape à l’œil ", plus difficile, et qui cependant peuvent se révéler fort intéressant. Une règle c’est d’ailleurs mainte et mainte fois confirmée, à tel point que l’on peut très sûrement affirmer que les postes faciles à pêcher sont fréquemment synonymes de poissons difficiles à prendre ... et, bien évidemment l’inverse est également de rigueur.

Texte et Photos Christophe BOUET

 

La truite, poisson extrêmement convoité, est victime de sa notoriété et est par conséquent, activement recherché tout au long de la saison, même si certaines rivières de plaine - possédant un maigre potentiel - ne le sont que les quelques semaines qui vont suivre leurs ouvertures. Ainsi, une forte pression de pêche est exercée sur des parcours surfréquentés et le débutant aura à souffrir de la méfiance excessive des poissons présents. Seule une parfaite maîtrise technique de la part des pêcheurs fera la différence et amènera, sur des truites hypersélectives et ultrapeureuses, une réussite régulière. Il va de soi que la moindre erreur dans le grammage et dans l’étalement de la plombée sera sanctionné par un refus et que la valeur technique et tactique du pêcheur sera déterminante pour leurrer des truites éduquées, ne pardonnant plus la moindre faute. D’autant plus que les tenues classiques ont été passées en revue un nombre incalculable de fois dans les ouvrages spécialisés et, connus de tout un chacun, ils sont littéralement pris d’assaut.

Un poste se définie par des caractéristiques simples mais fonctionnelles

Avant toutes choses, il convient de "planter" le décors en ne perdant pas de vue que le comportement de notre belle mouchetée consiste, à longueur de journée, à se nourrir ou à se dissimuler pour assimiler la nourriture qu’elle a ingurgitée. Il faut donc qu’il y ait du courant rapide pour recevoir, grâce à la dérive d’organismes, une quantité suffisante de nourriture, mais néanmoins assez lent pour n’avoir qu’une dépense énergétique minimale afin de se tenir dans la veine d’eau. Quant l’eau est trop "molle", il n’y a bien sûr pas de grande dépense énergétique, mais la quantité de nourriture est assez faible. Au contraire, quand l’eau est trop rapide, il y a certes une dérive d’organismes conséquente, mais cela implique une énergie mise en œuvre très importante pour pouvoir s’y maintenir. Tout est donc question de bilan énergétique entre l’énergie reçue et l’énergie dépensée qui doit toujours être positif pour la truite. Une fois le poste de nutrition définit, miss fario a besoin d’un poste de repos, qui devra nécessairement se trouver à proximité de son poste de chasse. Il lui sera d’un grand secours, non seulement pour digérer tranquillement son repas, mais également pour se mettre à l’abris d’un quelconque dérangement. Son refuge n’est pas obligatoirement grand, pourvus qu’elle puisse s’abriter du courant et de la lumière directe du soleil. Ne vous attendez donc pas à voir un espace forcément digne de ce nom. Il peut au contraire, être ridiculement petit : notre belle sauvage pouvant parfois, même si elle ne l’est pas, se rendre vraiment minuscule.

Oubliez vos classiques et pensez "truites"

S’il est vrai que les classiques en matière de postes à truites sont presque toujours habités, et, comme nous l’avons vu, constamment pêchés, il existe en revanche un grand nombre de postes qui possèdent les caractéristiques essentielles à la présence de poissons mais qui sont souvent oubliés ou tout simplement évités. Certainement plus discret, ils ne sont pas exploités régulièrement, car, pour la plupart d’entre eux, difficile à lire ou bien même difficile à aborder. Il est alors nécessaire d’oublier ses connaissances en terme de poste typique à salmonidés et penser uniquement aux bases simples du bon poste : un abris servant de "cache" et se trouvant proche d’un garde manger. C’est tout ! Il y a d’ailleurs des journées où c’est uniquement ce type de postes, un peu dur à pêcher ou seulement bien dissimulés à la vue du pêcheur, qui seront abordables et vont permettre de faire sa pêche. Les truites y sont moins sollicitées, et donc moins méfiantes vis à vis des pièges tendus par les disciples de saint Fario. Sur des postes plus calmes, se sont alors des poissons qui seront fréquemment le "nez à la porte" qui vont nous attendre. Et ne croyez surtout pas que ce soit toujours de petites truites : bien au contraire. De plus, elles sont en général moins exigeantes qu’ailleurs sur l’esche présentée et toujours moins chipoteuses à l’engamage. Nous ne sommes pas là en présence de truites habituées aux coup de nez sans suite, habituellement réservé aux poissons à qui "on ne la fait pas".

Les postes difficiles ne manquent pas

En regardant bien la rivière, on découvre d’innombrables petits postes ou bien peu de pêcheurs passent leurs lignes. C’est, par exemple, un superbe poste, digne de ce nom, qui fera souvent occulter celui, plus modeste, plus discret, qui se trouve à proximité. C’est aussi une simple branche morte effleurant la surface de l’eau qui va interrompre la parfaite dérive de la ligne, occasionnant une cassure dans la coulée, et qui sera évité presque à chaque fois par la grande majorité des pêcheurs. Au mieux, les plus vaillant, vont prospecter l’amont de la branche. A croire que la source nourricière de ce courant s’arrête à ce morceau de bois et que la truite, prête à se saisir d’une proie potentielle, va forcément se trouver devant celui-ci. Par expérience, et je ne pense pas beaucoup me tromper en l’affirmant, notre belle mouchetée aura en général tendance à se placer plutôt derrière que devant cet obstacle. La solution est de se positionner ¾ amont et de laisser filer sa ligne, bannière tendue, la canne dans le prolongement du fil et de plonger complètement la pointe dans l’eau, presque horizontale à la surface. Ce n’est certes pas la panacée, certainement pas très esthétique et la présentation vaut ce qu’elle vaut, mais croyez-moi, cela suffit pour prendre : une belle fario de l’Yonne, superbe perle morvandelle de presque 2 livres, saura confirmer mes dires. Elle se tient encore au même endroit et personne n’est revenu la déloger depuis le début de la saison 99, période à laquelle elle avait succombé à un succulent petit vers de berge. Si une branche rebute donc tant de pêcheurs, que dire des amas de branchage, très fréquent sur les petites rivières coulant à travers des massifs forestiers qui sont souvent pourvus d’une végétation rivulaire assez dense. S’il est vrai que nombre d’entre eux essaient de les pêcher, sachant qu’ils sont fréquemment le repère d’un ou deux poissons, peu agissent en toute confiance et rechignent à s’approcher au plus près. Il faut au contraire faire descendre l’esche vraiment au plus profond de l’entrelacs de bois. Pour ce faire, il suffit de regrouper la plombée (voir encadré) et de réduire la bannière au minimum, le repère, rigoletto ou autre, au plus proche de la pointe de la canne. Ainsi, la présentation n’est pas trop discrète, mais, je vous le rappelle, nous ne sommes pas là en présence de poissons "pinailleurs" qui s’affarouchent à la moindre vue d’un plomb qui brille. Voilà, parfait. Descendez délicatement votre ligne au milieu des branchages, par cette petite trouée, sans trembler... doucement... et toc, c’est la touche ! Il n’y a cependant pas que la végétation aérienne qui effraie les lignes des traqueurs de truite, car la végétation aquatique, parfois envahissante en été, ne séduit généralement que les moucheurs qui savent y trouver nombre de truites, bien nourries par la densité importante de larves qu’elle abrite. On a donc en ses lieux, le couvert et le gîte, que les longues chevelures herbeuses, de type myriophylle, représente. La truite se poste juste dessous, avec une sensation de sécurité, en bordure de courant, et fait de brefs écarts latéraux à chaque fois qu’une larve ou un insecte est emporté par le goulet formé entre deux herbiers. Ces couloirs, souvent étroits n’ont guère d’adeptes parmis les "Tocqueurs" de tout poils alors que les truites sont régulièrement disposées à s’emparer d’un appât vivant, mouche, sauterelle ou encore larve aquatique, bien présentée. Dans ce cas, la coulée est brève mais précise, dans un espace réduit qui nécessite une plombée assez lourde mais très souple, donc relativement étalée (voir encadré) pour laisser à l’esche une évolution naturelle. Les exemples pourraient être encore nombreux et je s’aurai vous citer encore quelques cas flagrant, mais je pense que la découverte personnelle fait aussi partie des plaisirs de la pêche. Observez donc, prenez votre temps mais surtout ne regarder pas que cette grosse pierre qui dépasse de l’eau en créant, à l’aval, un magnifique amortis. Oui, celle là ! Celle qui "saute" au yeux de tous pêcheurs. Observez mieux, et vous verrez certainement, à côté, cette autre roche, immergée, moins visible, et qui possède néanmoins les mêmes caractéristiques évidentes. Quant vous l’aurez vu, là vous commencerez à pêcher véritablement le bon poste que vos amis pêcheurs auront probablement oublié.

Ne pas faire comme tout le monde ne veut pas dire éviter les postes évidents

Il est certain que ce genre de poste particulier ne sera pas majoritaire sur un parcours mais représentera quand même quelques bons coups de ligne. De ce fait, ne réduisez pas votre séance à ne pêcher que des postes difficiles en évitant systématiquement les postes classiques, donc faciles à appréhender. Ce serait une grave erreur que de négliger les nombreuses tenues qu’occupe notre belle mouchetée habituellement et qui vous rapporteront quand même sûrement des poissons si ceux-ci sont en phase d’activité. C’est vrai que certains jours sombres, seul ce type de poste, passant inaperçu ou bêtement éviter, peut être payant, mais généralement la quantité de truites prises sur des postes plus faciles sera supérieure puisque proportionnellement beaucoup plus nombreux. Cependant, cela vous permettra de réussir plus régulièrement, même quand les conditions de pêche se prêtes particulièrement bien à terminer "capot". En analysant correctement votre parcours habituel, vous trouverez obligatoirement ces zones propices, pourtant bien visibles, auxquelles vous n’aviez probablement jamais porté attention ou qui effrayaient votre ligne. Essayez-les et je peux vous promettre que vous ne serez pas déçus par le résultat. Ensuite, une fois la truite piquée, vous pourrez avoir l’immense privilège de la combattre, de la mettre à l’épuisette, et, pour la remercier du plaisir éprouvé... de la regarder repartir.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com