Accueil >> Pêche de la truite >> Pêche aux leurres  
 
Voir tous les articles de la rubrique "Pêche aux leurres"
La pêche de la truite
Connaissance de la truite
Pêche à la mouche
Pêche aux appâts naturels
Pêche au vairon manié
Pêche aux leurres
Tactique de pêche
Gestion et aménagement
Le club de la truite
Le jeu annuel
La lettre de la truite
Les cadeaux du site
La boutique
Les Salmonidés
Une grande famille
Les services du site
Les recettes de cuisine
Les petites annonces
Foire aux questions
Les forums
Le niveau des rivières
Information et actualité
Le matériel de pêche
La presse halieutique
Les belles prises du site
Les salons / expos
Le dictionnaire de la pêche
L'art halieutique
Les coins de pêche
Les bons coins en France
Les bons coins à l'étranger
Parcours et réservoirs
L'annuaire de la truite
Zoom sur un site
L'annuaire du site
La pêche en France
Les fédérations de pêche
La pêche et la loi
La réglementation
La réciprocité
Contactez-nous
Administration du site
Nos coups de cœur
 
Naissance d’un leurre souple
Publié en ligne le dimanche 13 décembre 2009
 




Joseph Anton est non seulement un pêcheur expérimenté mais aussi un fabuleux bricoleur.
Il nous présente dans cet article la naissance de l’une de ces dernières créations, un vairon réaliste.

Texte et photographies Joseph Anton.

 

Bricoleur dans l’âme et passionné de pêche, notamment de celle de la truite, j’ai eu envie de créer un leurre souple sans toutefois imiter ceux du commerce.
Pour ce faire il existe aujourd’hui un produit qui s’appelle le plastileurre et qui permet de fabriquer ses propres leurres pour un prix très abordable. En y additionnant des colorants et des paillettes on peux alors obtenir un résultat digne des plus grandes marques et surtout des leurres vraiment personnalisés.
Je vous présenterais donc en images le poisson que je vais essayer de créer, à savoir un vairon de 7cm de long le plus réaliste possible c’est-à-dire en essayant de reproduire toutes les nageoires. Toutefois la tâche s’annonce déjà très difficile en raison du démoulage de ses fameuses nageoires.

Je commence par faire une esquisse d’après la photo du poissonnet :

Cette esquisse est nécessaire en vue de profil et en vue de dessus pour pouvoir donner du volume et modéliser la forme du poisson en 3D. Pour assouplir la nage je vais ajouter 3 nervures à l’arrière et de chaque coté en les positionnant de façon asymétriques.

Positionnement des nageoires de façon la plus réaliste possible, bien sûr ce n’est que du visuel et il faut essayer de conserver des proportions correctes.

Quand la silhouette est finie il faut l’habiller en posant des surfaces qui vont lui donner une texture et permettre aussi de créer l’empreinte du moule :

Le vairon est maintenant terminé, je vais concevoir le moule qui pour pouvoir permettre le démoulage du vairon devra être composé de 3 parties. La première difficulté de ce moule est de déterminer ou va passer le plan de joint, et cette étape est vraiment la plus difficile même lorsque l’on a un peu d’expérience. le plan de joint du moule va être matérialisé par une arête qui va découper le poisson et séparer les 3 parties :

Quand la découpe du plan de joint est faite il faut créer les fermetures et aussi y incorporer les surfaces du vairon préalablement découpé suivant le profil en rouge. Je commence par la partie inférieure et je prévoie un auto centrage des 2 parties supérieures par des cônes ce qui évite de mettre des goupilles.
Les 2 parties supérieures vont venir s’emboiter dans la partie basse simplement posées, voici les 2 parties supérieures avec le reste de l’empreinte du poisson.
Le moule est alors terminé.... dans sa phase virtuelle.

Je passe maintenant à la phase programmation des parcours d’outils qui va permettre de réaliser ce moule sur une machine à commande numérique, ce moule sera fait en aluminium. les usinages se font avec des outils hémisphériques de petits diamètre allant jusqu’à 1mm .
Les parcours d’outils prêts il ne reste plus qu’à usiner sur centre d’usinage, ce moule nécessite 32 parcours d’outils différents et 5 réglages et donc la durée de la fabrication est de 5 heures de travail.

Voila le moule est terminé et il ferme bien, après les tests de moulage il faudra certainement y ajouter des évents pour éviter les bulles d’air.

Après ajustage du moule je coule un silicone de contrôle pour me rendre compte du résultat. Le résultat me convient parfaitement car c’est exactement ce que je voulais.

Défi réussi pour la création des nageoires en 3D, ce poisson semble très correct au niveau des proportions. Un vairon de 7cm est déjà un gros poisson pour la truite mais je vais aussi le tester sur le sandre et la perche. C’est donc une taille moyenne qui me semble correcte et passe partout.

Le leurre est vraiment très souple et ne demande qu’à frétiller, monté sur tête plombée, une godille ou tout simplement sur une monture à vairon mort manié.
Cette réalisation a demandé énormément de temps et de persévérance et même si c’est mon métier, il n’est pas simple de réaliser toutes les étapes nécessaire à cette réalisation. Toutefois, la pêche est une passion et faire ses propres leurres est devenu maintenant aussi une vrai passion dont l’aboutissement est bien sûr de leurrer un poisson avec sa propre création... et la fierté qui en découle.

 
 
 

Espace publicitaire pechedelatruite.com

Copyright © Pechedelatruite.com